Le Maroc est ferme.

Les négociations se suivent et se poursuivent entre la CAF (confédération africaine de football) et la fédération marocaine au sujet du report de la CAN 2015 initialement prévue en janvier.

C’est dimanche prochain qu’une décision va être prise. Les autorités marocaines redoutant la propagation du virus Ebola dans leurs pays qui devra accueillir des milliers de personnes venues de toute l’Afrique. A cet effet, le maroc a proposé 2 solutions aux autorités de la CAF: Reporter la compétition à janvier 2016 ou à juin 2015. La première proposition a dores et déjà été radicalement écartée par la CAF. Reste donc en option l’organisation en juin; mais d’ici là où en sera la maladie? et en janvier 2016 qu’est ce qui garantie de l’arrêt de l’épidémie?

Une affaire d’argent dont la CAF ne se passera pas.

Selon l’ancien ballon d’or africain Patrick Mboma, il s’agirait pour les dirigeants du foot africain avant tout d’une affaire d’argent.

 «Je n’imagine pas la CAF se priver des recettes économiques de la CAN» a affirmé le lion indomptable.

Ce report en juin serait aussi motivé par le fait qu’aucun autre pays ne souhaitait reprendre l’organisation malgré les doléances de la CAF. L’Afrique du Sud, l’Egypte, le Ghana ont tous dit non! Concernant cette délocalisation, l’entraîneur du Sénégal Alain Gires disait: «Si le virus peut venir au Maroc, il peut aller ailleurs.»

La santé avant le foot

 L’attaquant Malien Seidou Keita a lui un avis bien tranché.

«Je comprends la position du Maroc. Cette épidémie est grave, et il est normal que ce pays mais aussi toutes les parties concernées se posent des questions. La santé est plus importante que le football. Je n’envisage pas une annulation, mais s’il faut décaler la CAN, le temps de mieux s’organiser pour maîtriser la maladie, trouver un vaccin, pourquoi pas. Je ne m’imagine pas mettre ma santé en danger pour du football » 

Stéphane Mbia : « On a besoin du douzième homme »

Can 2015; la liste des 24 lions pour la 4ème et 5ème journée

Share This