Incapable de gagner depuis le début de la saison, Unisport du Haut-Nkam a brisé le signe indien en venant à bout de Fovu de Baham, mercredi dernier au stade omnisports de Bafoussam, en marge de la 12e journée (3-0).

La 12e journée de la Ligue 1 jouée mercredi dernier a connu un petit événement avec la victoire d’Unisport du Haut-Nkam face à Fovu de Baham. Avant cette journée, les sang et or étaient les seuls, dans le championnat professionnel de ligue 1 à n’avoir pas encore accroché un succès.  A l’agonie des résultats positifs depuis la fin de la saison dernière, le club phare du département du Haut-Nkam avait eu la vie sauve en Ligue 1 grâce à une décision de justice prononçant la rétrogradation de Bamboutos FC de Mbouda en Ligue 2. Ce qui, selon les textes de la LFPC, actionnait son maintien dans l’élite du football camerounais.

En l’absence de son président Emmanuel Leubou, incarcéré à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé, ce club a vogué sur des eaux troubles. Les réunions de crise à n’en  plus finir pour chercher un nouvel homme fort afin de succéder à l’ancien président  ne débouchaient presque sur aucun accord, si ce n’était le manque d’engouement  des élites de ce département à s’engager pour la cause du club. C’est finalement le 12 janvier 2019, au cours d’une réunion d’évaluation du comité provisoire de gestion dirigée par Michel Siewé que ce dernier, qui ne jouissait pas de l’assentiment de certaines élites du Haut-Nkam, passera le témoin à Rose Eulalie Siewé.  Cette dernière présidera aux destinées du CPG et  sera aussitôt confrontée à un front ouvert contre elle. Ses pourfendeurs l’accuseront de vouloir gérer le club de manière unilatérale. Un argument qu’elle bat en brèche. « Je n’arrive pas à comprendre cette chasse aux sorcières. Ils disent que je gère seule l’équipe pourtant lors des réunions, ce n’est pas moi qui fais les notes, ni qui communique. Le club a beaucoup de responsables. Il y a toute une organisation », a-t-elle réagi, jointe au téléphone. Ses détracteurs ne se sont d’ailleurs  pas limités à la vilipender  mais sont montés en puissance dans leur entreprise machiste  en créant une assemblée générale constitutive  qui n’a pas pu réunir le quorum et dont la présidente et le secrétaire général étaient absents. Ce simulacre d’AG organisée à Bafang pour porter à la tête du club Guy Martial Katy n’a pas eu un écho favorable auprès de la LFPC qui ne reconnait que Rose Siewe comme présidente du club. « Cette assemblée générale était un non-événement. Je reste dans la légalité. Nous sommes dans un Etat de droit, force reviendra toujours à la loi. Tout ce qui arrive, je prends ça sportivement », affirme-t-elle.

Dans ce contexte de tension, de méfiance et de condescendance, le flambeau de l’ouest s’est consumé sportivement. Il a fallu attendre la 9e  journée pour voir cette équipe inscrire son premier but de la saison. Un record pour Unisport. La première victoire de la saison acquise mercredi dernier face à Fovu de Baham est-elle un feu de paille, quand on sait que l’atmosphère est toujours autant lourde entre les factions qui veulent  contrôler le club ? La prochaine sortie des « tam kwae » face aux Astres de Douala ce dimanche à Limbé permettra de savoir, si un vent nouveau souffle sur le club. Peut-être une autre victoire servira de déclic pour fédérer tout le monde afin de taire les intrigues et les égoïsmes. Pour l’instant, on n’en est pas là. La flamme des batailles devra être éteinte pour raviver celle de l’unité afin de sauver le flambeau de l’ouest qui  lanterne dans la zone rouge de la poule B.

Léger Tientcheu

Ligue 1 : Union de Douala lambine

Ligue 1: Unisport enchaine

Share This