Pour avoir rencontré Diego Maradona sur les pelouses espagnoles en championnat et en Italie lors du mondial 90, Thomas Nkono connait le Dieu du football argentin mieux que quiconque et peut donc nous livrer exclusivement un témoignage particulier.

Comment réagissez-vous à la disparition de Diego Maradona ? 

C’est avec beaucoup de peine et de souffrance que je vais réagir à la disparition de Diego parce que c’est un génie qui nous quitte. On vient de perdre quelqu’un qui avait une grande dimension sur le plan du football et humain et c’est très douloureux de le voir partir.

Vous avez joué contre lui au mondial 90. Quel personnage avez-vous découvert ? 

Contrairement aux autres, je l’ai d’abord rencontré en Espagne parce qu’il est arrivé en Espagne la même année que moi. Il venait de signer au FC Barcelone. Donc j’avais déjà un avantage par rapport aux autres. J’avais joué contre lui en championnat. Donc on se connaissait personnellement et je savais à quoi m’en tenir.

Vous l’affrontiez avec beaucoup de frissons. N’est-ce pas ? 

Non, même s’il avait beaucoup de qualités sur les plans athlétique et technique, avec de bons dribbles, de bon démarrage et une très grande vision de jeu, j’essayais de bien tenir mon rôle dans les buts. J’avais beaucoup de respect pour lui parce que c’était un grand talent. Le fait d’avoir déjà joué contre lui en Espagne m’a permis d’être plus serein lors du mondial 90. On savait comment faire pour le contrecarrer. Mais c’était un génie, un joueur complet qui avait toutes les qualités.

En Argentine, on le pleure comme un Dieu. Il mérite cet hommage. n’est-ce pas ? 

Oui, c’est quelqu’un qui était aimé par tout le peuple argentin. C’est normal qu’on le pleure et qu’on lamente comme ça se voit. Les argentins ont perdu un être cher, un être qui a fait leur fierté et c’est normal qu’ils aient du mal à digérer son départ. Il a beaucoup apporté aux argentins à travers le football. Et il n’y a pas que le peuple argentin qui le pleure. C’est tout le monde qui le pleure parce qu’il a beaucoup apporté au football.

 

Joseph Antoine Bell : “Diego Maradona était le football”

Classement FIFA (FF) : Le Cameroun perd deux places

Share This