Dans la nuit de jeudi dernier (22 Aout 2019), un rapport de séance du bureau du Comité exécutif de la FECAFOOT suspendait la Ligue de Football Professionnelle du Cameroun. Une décision qui n’a pas surpris, surtout ceux qui suivent l’actualité de ces deux entités du football camerounais dont les relations viennent d’atteindre le seuil critique. Au-delà des raisons évoquées, qu’est ce qui a bien motivé cette décision lourde de conséquence du président Seidou Mbombo Njoya et de ses affidés ?

C’était un secret de polichinelle, la relation tendue entre le président de la Ligue de Football Professionnel le général Pierre Semengue et Seidou Mbombo Njoya, président de la Fédération Camerounaise de Football. A la genèse, une volonté de la tutelle d’engager des réformes à la LFPC sans consulter l’Assemblée générale de ladite ligue ni son exécutif représenté par Pierre Semengue. Flottait alors dans l’air une vague rumeur de CPG (Comité Provisoire de Gestion). L’on attendait le coup de grâce de la tutelle. Eh bien, on l’a eu jeudi dernier sous les coups de 23 heures…

Un coup bien senti

Depuis la brouille à l’Assemblée générale de la FECAFOOT, le président de la LFPC était déjà sur ses gardes. En témoigne la batterie d’avocats qu’il a recrutés afin d’attaquer l’exécutif actuel à la Fédération Camerounaise de Football dans les juridictions civiles du pays. Pendant ce temps, Seidou Mbombo Njoya préparait bien son coup. Comment rendre inoffensif son vis-à-vis ? Eh bien, il n’a eu qu’à s’en remettre aux nouveaux statuts de l’institution qu’il dirige. Selon l’article 15 alinéa 1 « L’assemblée générale est compétente pour suspendre un membre. Tout membre coupable de violations graves et/ou répétées peut être suspendu par le Comité Exécutif. Si la suspension n’est pas levée dans les 4 mois, elle reste valable jusqu’à la prochaine Assemblée Générale ». Pour éviter l’écueil Semengue, Seidou Mbombo Njoya a convoqué sa réunion restreinte en douce sans inviter le président de la LFPC. Ainsi, il peut facilement s’assurer de la mise à l’écart du général Semengue lors de la prochaine réunion du Comité Exécutif de la FECAFOOT annoncée pour le 03 Septembre. Cette fois, il n’est plus contraint d’inviter le président de la LFPC qui est pourtant membre, car l’ayant déjà suspendu avec effet immédiat. Désormais, la seule chance de Pierre Semengue en interne, c’est l’Assemblée qui peut infirmer cette décision du Bureau du Comité Exécutif, si cette dernière n’obtient pas une approbation à 2/3 comme le stipule les statuts de la FECAFOOT. La bataille juridico-légale est inévitable.

Les motivations sombres de Seidou Mbombo Njoya    

Dans sa volonté de réformes, le président de la FECAFOOT veut à tout prix écarter le président de la LFPC. Et cela est visible depuis sa prise de fonction. Après avoir déclaré  « ne pas soutenir un championnat bancal », il était clair au vu de tous que le visage que présentent actuellement les championnats professionnels au Cameroun ne plait pas à Seidou Mbombo Njoya. Il veut façonner la LFPC à sa façon pour rendre un peu plus éclatant et rayonnant son mandat. Sauf qu’il a devant lui un dur à cuire. Alors il faut des soutiens au sein de la Ligue. Et quoi de mieux que les clubs dissidents du général ? Certains sont en mal actuellement, suite à leurs relégations sportives et veulent que la décision prise par la FECAFOOT il y’a plusieurs mois, celle de faire passer le nombre de clubs dans les championnats professionnels à 20, entre en vigueur au plus vite. Pourtant la promiscuité dans laquelle vivent les clubs camerounais n’encourage pas une telle prise de risque, sauf si la FECAFOOT va aider financièrement. Déjà que les 410 millions de Francs CFA qu’elle allouait à la Ligue n’était pas suffisant pour son fonctionnement et la subvention aux clubs. Va-t-elle mettre plus de moyens avec le CPG qu’elle entend imposée ? Ou définir une nouvelle stratégie marketing profitable aux clubs paresseux et récalcitrants ?

On n’en saura un peu plus le 03 Septembre prochain.

Par Ernest M. Ouandie

Pierre Laurent Tamo : « Le conflit entre la FECAFOOT et la LFPC vient aggraver une situation déjà inquiétante »

Crise FECAFOOT- LFPC: Un Comité Technique Transitoire pour remplacer la LFPC

Share This