Contrairement au Cameroun où la fédération doit venir en aide aux joueurs en détresse suite à la crise du Coronavirus, la Liga, structure chargée de gérer le football professionnel en Espagne puise dans ses ressources pour aider les clubs amateurs, la fédération et le Ministère des sports espagnol.

Les clubs des deux premières divisions en Espagne ont accepté de donner 200 millions d’euros de plus sur les 4 prochaines années  pour aider à lutter contre la crise économique des divisions inférieures et du sport en Espagne. Depuis 2015 et la signature d’un accord concernant les droits de retransmission TV (le plus gros revenu pour n’importe quel club de foot), la Liga a reversé 1% des recettes au Ministère du Sport espagnol. A la suite d’un nouvel accord, ce versement sera gonflé à 2,5% alors que la Liga a également doublé son versement à la fédération espagnole passant d’1 à 2%.

L’accord, apprend-on, a été passé au bout d’une réunion qui a duré 8 heures, entre le président de la Liga Javier Tebas et Luis Rubiales, le président de la fédération. Les deux hommes ont laissé de côté leur passé chargé de litiges pour offrir cette solution vitale pour le football et le sport espagnols. « Cet accord permet d’aider le sport  mais pas seulement, durant cette période de Coronavirus. C’est une mesure structurelle qui n’a pas de limite de temps et qui va renforcer l’engagement des clubs professionnels de la Liga envers le Sport espagnol », a indiqué le président de la Liga. Beaucoup de clubs en Liga ont été impactés financièrement par l’épidémie, avec des réductions des salaires qui ont été mises en place dans un pays qui compte plus de 200 000 personnes infectées par le Coronavirus pour environ 22 000 décès. Pour booster le sport espagnol en général, olympique et paralympique ainsi que l’internationalisation du sport ; la Liga confirme qu’elle versera aussi 51 millions d’euros chaque année au Ministère su sport espagnol. Les joueurs non-professionnels recevront de l’organisateur des championnats professionnels espagnols, 3,3 millions d’euros pour les trois prochaines saisons.

Football amateur

A travers ces gestes forts appréciables, l’Espagne montre ainsi l’exemple à plusieurs pays, notamment le Cameroun où, au lieu d’être un pourvoyeur de  richesse, le football professionnel constitue plutôt un gouffre à sous pour l’Etat et la Fédération qui le subventionnent à coup de centaines de millions de Francs CFA chaque saison.  Depuis qu’il a été institué en 2011, le football professionnel n’a pas avancé d’un pas au Cameroun et aucun sponsor n’a jusqu’ici souhaité y greffer son image, découragé par l’amateurisme dans  l’organisation et la piètre qualité du spectacle. Dans ce contexte alambiqué, le football amateur censé bénéficier des retombées du professionnalisme dont il est un pourvoyeur de talents, se retrouve abandonné à son triste sort, entre les mains de ses promoteurs qui broient du noir au quotidien. Dernière illustration en date, alors que la Fédération camerounaise de football a décidé d’apporter un appui aux joueurs des championnats d’élite pour faire face à la trêve imposée par la crise du Coronavirus, les acteurs du championnat amateur ont été littéralement ignorés. Toutes ces incongruités dénotent de l’absence de prospective et de  vision de ceux qui ont en charge la gestion du football camerounais depuis plusieurs années. Au lieu de réfléchir à un véritable plan Marshall  pour ce sport roi, les dirigeants préfèrent accorder plus d’intérêt aux batailles électoralistes et à la préservation des intérêts égoïstes.  Une prise de conscience s’impose et tant que tous les acteurs ne s’imposeront pas un exercice d’introspection, le pays des Lions Indomptables restera dernier de la classe pendant que les autres nations, plus pragmatiques et ambitieuses continueront de creuser l’écart déjà bien abyssal.

CAN 2021 : Pour Seidou Mbombo Njoya, le stade d’Olembe ne pose aucun problème

COVID-19: La FECAFOOT va recevoir une aide financière de la FIFA

Share This