La Fédération camerounaise de football n’a toujours pas porté secours aux acteurs du football de la base, dans ce contexte de crise sanitaire liée au Covid-19, contrairement à leurs homologues du football d’élite.

A l’épreuve du confinement imposé par la crise sanitaire liée au Covid-19, les footballeurs évoluant sur le territoire camerounais broient du noir. Consciente de la situation, la Fédération camerounaise de football a décidé de voler au secours de ces sportifs qui, déjà en temps normal, évoluent dans une indicible précarité. Mais jusqu’ici, seuls les clubs des championnats d’élite, c’est-à-dire d’Elite One, d’Elite Two et du championnat de D1 féminin ont reçu leur « précieux » don. Il s’agit d’une somme de 50 000 FCFA pour les joueurs des équipes d’Elite One, 30 000 pour chaque joueur d’Elite Two et 25 000 par joueuse du championnat féminin.  La FECACOOT a sollicité une liste de 25 joueurs et encadreurs par club d’Elite One et d’Elite Two contre 20 par équipe du championnat de D1 féminin. C’est donc une enveloppe totale de 38 millions de Francs CFA qui a été mise à la disposition des acteurs de ces trois principaux championnats.

Cependant, le sort que la fédération réserve aux joueurs des championnats amateurs reste flou. Un paradoxe, de l’avis de plusieurs observateurs qui ne comprennent pas que l’instance dirigeante du football camerounais puisse reléguer au second plan, les clubs amateurs qui constituent pourtant sa raison d’être. Les fonds FIFA Forwards qui permettent de financer cette opération sont d’ailleurs principalement destinés à développer le football amateur et le football des jeunes, raison pour laquelle, certains n’hésitent pas à parler même d’un détournement. « Tout ce qui entre dans les caisses de la FECAFOOT est destiné au développement du football à la base, c’est-à-dire le football amateur et le football des jeunes. Nous sommes surpris qu’on nous dise que c’est vraiment pour les joueurs professionnels. » S’insurge Akoue Epie Domingo, président de la Ligue départementale de football du Mfoundi et trésorier de l’association des clubs de football amateur du Cameroun (ACFAC). En réaction à ces observations pertinentes, des responsables de la fédération  se contentent d’assurer que le processus pour venir en aide aux acteurs du football amateur est en cours. Sauf que le discours peine à se traduire en acte concret depuis plusieurs semaines, suscitant l’impatience des acteurs du monde amateur.

Selon d’autres sources au sein de l’institution qui gère le football camerounais, la fédération réfléchirait à la meilleure formule à adopter pour satisfaire le maximum de personnes. L’on apprend qu’une vidéoconférence organisée jeudi dernier avec les présidents de ligues régionales s’est presque terminée en queue de poisson alors que les dirigeants de la fédération proposaient la remise des denrées alimentaires aux footballeurs amateurs. Lors d’un récent passage sur les antennes de Magic FM émettant de Yaoundé, Albert Ayomba, le responsable du département juridique de l’instance expliquait que contrairement aux prévisions qui tablaient sur 500 clubs environ, l’instance se retrouve avec une liste de près de 980 équipes au bout d’un recensement. Une déclaration tout de même surprenante qui montre que la fédération n’a pas une réelle maitrise du fichier des clubs qui la forment. Aux dernières nouvelles, la fédération ne s’occupera  des joueurs des championnats amateurs qu’après la distribution des dons de la Fondation Samuel Eto’o aux pensionnaires d’Elite One, d’Elite Two et du championnat de D1 Féminin, dont la Fecafoot se garde de dévoiler le contenu, tout comme le calendrier de l’opération. De quoi frustrer davantage les acteurs de ce football amateur longtemps abandonnés à leur triste sort.

Fin de saison: la décision de la FECAFOOT attendue ce 5 mai 2020

Reprise des activités : Quelle stratégie pour la FECAFOOT ( ?)

Share This