Alors que les amoureux du football camerounais attendent avec impatience le sort qui sera réservé à nos différentes compétitions domestiques (arrêt, saison blanche, finalisation…), le président de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) ne semble pas encore en mesure de donner une indication claire, alors que son institution avait jusqu’au 5 mai pour situer la Confédération africaine de football (CAF) sur les stratégies qu’elle a l’intention d’appliquer afin de finaliser ses compétitions, « qu’elles soient terminées ou annulées ». Seidou Mbombo et ses pairs du Comité exécutif, insiste-t-il, n’agiront qu’en fonction des mesures gouvernementales qui jusqu’ici n’autorisent pas les rassemblements de plus de cinquante personnes.

« Je suis très surpris par le débat qu’il y a actuellement autour de cette question. La question n’est pas ma priorité pour l’instant et encore moins celle du comité exécutif. Nous en débattons, nous réfléchissons sur les moyens de sortie de crise ou de reprise des championnats. A l’heure qu’il est, je peux dire que ce n’est pas notre priorité. Notre priorité, comme le Gouvernement, tout le monde est préoccupé par la pandémie et nous attendons voir toutes les mesures qui doivent être prises au niveau des autorités, en vue de la reprise et à ce moment-là, on prendra la décision qui s’impose. C’est encore trop prématuré pour pouvoir se positionner. Je suis très surpris par ce débat qui fuse sous le prétexte que la CAF a donné un ultimatum jusqu’au 5 mai. La CAF a demandé des informations pour faire un petit sondage, ce qui est normal. Mais selon les pays, le contexte est totalement différent et nous n’agirons qu’en fonction de ce que le Gouvernement aura pris comme décision salutaire pour la santé publique. Le football, c’est secondaire, ce n’est pas le plus important aujourd’hui dans l’état dans lequel nous nous trouvons, c’est la santé avant toute chose. Arrêtons de s’emporter, nous prendrons les décisions quand il sera nécessaire de les prendre. Et croyez-moi, lorsque j’aurai la possibilité de prendre ces décisions, on le fera. Nous avons tous les scénarii qui sont prêts, des options qui sont prêtes, on a informé la CAF et la FIFA par rapport à ces options mais ça s’arrête là. Les débats, ce n’est pas la priorité. Ce que nous faisons aujourd’hui, c’est prioritaire : venir en aide aux joueurs, apporter la solution, préparer l’avenir. Oui, c’est des choses qui peuvent nous préoccuper maintenant, pas « on reprend ? On ne  reprend pas ? » Pour l’instant, on attend de voir comment les choses évoluent, nous avons encore du temps pour ça et nous attendons que le Gouvernement donne le ton et à ce moment-là, nous serons là. Nous sommes jusqu’à présent soumis à une mesure qui nous empêche d’organiser les matches de football. Tant qu’on ne peut pas se regrouper à plus de cinquante personnes, je ne suis pas en mesure d’organiser un match de football à moins de 50 personnes dans un stade. Cette mesure est encore en vigueur, je ne crois pas qu’on l’ait levé. Par conséquent, le débat est sans objet. »

Thierry Ndoh, (journaliste sportif) : « On attend de voir comment ce film va s’achever »

Christian Djimadeu : « Seidou Mbombo Njoya doit communiquer les dates probables de reprise des championnats »

Share This