Dans une interview exclusive accordée à Lion Indomptable, le président de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) évoque les mesures prises par son institution pour limiter la propagation du Coronavirus. Le patron du football camerounais souligne également les conséquences de cette pandémie et l’incertitude dans laquelle ce vilain virus plonge le football au Cameroun en particulier et dans le monde en général.

Quel regard jetez-vous sur la crise liée au Coronavirus qui préoccupe le monde entier et le Cameroun en particulier depuis plusieurs semaines ?

La pandémie du Coronavirus est une tragédie pour le monde entier au regard des conséquences qu’elle provoque. Il n’y a aucun aspect, aucun secteur, aucun pays qui ne soit touché ou concerné par cette maladie que personne ne pouvait prévoir il y a seulement six mois. Nous enregistrons chaque jour de nouvelles contaminations et des décès dans le monde et nous sommes incapables de dire quand tout cela va s’arrêter.

Bien entendu, le football est une victime directe du Coronavirus avec le report sine die de toutes les compétitions dans le monde. Au Cameroun, nous avons dû suspendre toutes les activités organisées sous l’égide de la FECAFOOT pour limiter la propagation du Coronavirus.  

Quelles sont les initiatives que vous avez engagées au sein de la FECAFOOT pour limiter la propagation du virus ?

La FECAFOOT est en effet un lieu de rencontres des personnes venant d’horizons divers et, pour une part importante, de l’étranger. Dès la montée de la crise sanitaire, nous avons engagé une séance de sensibilisation du personnel de la FECAFOOT organisée par la commission médicale fédérale au cours de laquelle les gestes barrière ont été communiqués.

Dans la foulée, la FECAFOOT a acquis un important stock de flacons de gel hydro-alcoolique mis à la disposition du personnel dans les bureaux et à l’entrée pour désinfecter les mains des visiteurs. Et sitôt que le gouvernement a édicté le train des mesures de limitation des déplacements et des contacts, nous avons suspendu nos activités sur l’ensemble du pays et réduit au strict minimum le service au siège, qui fonctionne en veille et en télétravail.

La suspension de tous les championnats était-elle la meilleure solution pour limiter la propagation du virus ?

Oui, la suspension de toutes les compétitions est la meilleure solution. Le football est une activité de masse, qui favorise le contact et le brassage des populations et des peuples. Il s’agit bien sûr du public qui se compte généralement en termes de milliers de spectateurs dans les stades mais aussi des compétiteurs de ce sport de contact. Croyez-moi, si une autre solution plus pertinente avait existé la FIFA, la CAF et nous-mêmes l’aurions envisagée.

Je peux vous dire que tous ceux qui aiment le football aiment d’abord la vie. La vie est au-dessus de tout. N’oublions pas, comme disait quelqu’un, que le football est la chose la plus importante parmi les choses les moins importantes.

La situation imposée par le Coronavirus aura de multiples conséquences. Comment entendez-vous rattraper le temps perdu au niveau de la FECAFOOT, ainsi que ses incidences sur le plan financier ?

Ce n’est pas une situation que la FECAFOOT affronte toute seule. Les contraintes liées au Coronavirus sont mondiales et nous allons aviser en fonction de l’évolution globale et les mesures préconisées tant en interne que sur le plan international. A ce jour, nous ne pouvons préjuger de ce que nous ferons car nous ignorons si nous sommes au début ou au bout de la pandémie. Ce qui est certain, c’est que des solutions seront arrêtées avec l’ensemble des acteurs pour que l’intérêt du football et de ses acteurs soit préservé.

Coronavirus: La FECAFOOT suspend toutes ses compétitions

Nécrologie : Samuel Wembe emporté par le Covid-19

Share This