Après deux jours de sessions du comité exécutif et de l’Assemblée Générale Extraordinaire de la Fecafoot, Seidou Mbombo Njoya a fait le point des travaux à travers un point de presse qu’il a donné au sortir de l’AGE.

Que doit-on retenir à l’issue de deux jours de travaux ?

“Nous venons de terminer deux jours de travaux intenses, riches, constructifs pour le fonctionnement de la Fecafoot, et du développement du football camerounais. Au terme d’une session du comité exécutif et d’une session de l’Assemblée Générale, de nombreux changements, d’innovations et de réajustements sont intervenus pour permettre de continuer à mettre de la manière la plus efficiente en œuvre notre plan stratégique 2019-2022 qui vise à redorer le blason de la Fecafoot en vue d’affirmer le leadership continental du Cameroun en matière du football. En termes clairs, nous avons opéré des réajustements des statuts de la Fecafoot qui gardaient quelques scories de l’ère de la normalisation. Nous avons adopté la création d’une Ligue de football féminin et d’une ligue du football jeune, afin qu’elles démarrent pour la saison prochaine, c’est une grande innovation”

Pouvez-vous nous en dire plus sur le volet infrastructures ?

“Le plan développement stratégique pour la compétitivité de notre football a été détaillé par la direction technique. Parmi les projets d’infrastructures, il y a finition du siège de la Fecafoot qui a fait l’objet d’un examen, et notre ambition est de terminer la construction de ce siège le plus tôt possible. À ce sujet nous avons mis en place un comité ah-doc pour atteindre ces objectifs. Par ailleurs la réhabilitation du centre technique est également à l’ordre du jour, la FIFA est prête à nous accompagner dans ce sens, et nous avons obtenu un accord de financement pour sa réhabilitation, où nous devons loger notre future direction technique. Un appel d’offre sera lancé dans les prochaines semaines. Avec mes collègues de l’Assemblée Générale, nous ne pouvions éviter d’évoquer les conséquences des coûts de la sortie prématurée des lions à la CAN Égypte 2019, un bilan a été fait, nous avons salué à ce titre là, la mise en place d’un groupe de travail par le Minsep pour l’élaboration d’une charte d’éthique et de déontologie des sélections nationales. Nous avons fait ce travail déjà en interne et aujourd’hui nous saluons l’initiative qui a été prise par les pouvoirs publics afin que cette charte puisse s’étendre à toutes les autres sélections des autres disciplines”

Qu’en est-il finalement du dossier de l’équipementier coq sportif ?

“S’agissant du dossier de l’équipementier, le coq sportif a été présenté à l’Assemblée Générale qui a marqué son accord pour la finalisation du contrat avec ce partenaire, tout comme le contrat signé avec Orange a été validé par l’Assemblée Générale”

Comment comprendre les décisions d’exclusion de certains acteurs du football prononcées par une commission juridictionnelle nommée par la normalisation, pourtant aujourd’hui vous vouliez procéder une élection de ces membres ?

“Nous prenons les affaires en décembre, alors que des initiatives ont été prises par nos prédécesseurs pour porter à la commission d’éthique un certain nombre de dossiers qui ont été examinés et dont les décisions ont été rendues publiques. Nous on a pris acte et nous sommes tenus de respecter les décisions d’un organe juridique qui agit dans son bon droit. Je respecte l’indépendance des organes exécutifs et juridictionnels, loin de moi l’intention de m’immiscer dans le travail de ces organes. C’est en respect de nos textes”

Qu’en est il concrètement des textes de la LFPC que vous avez modifiés lors de l’AG ?

“Il y a une douzaine de texte qui ont fait l’objet de modifications, vous vous focalisez sur la LFPC. Il y a plusieurs pans de nos activités qui nécessitaient qu’on révise nos textes pour les mettre en conformité avec la réalité. Ces textes ont été élaborés par des juristes qui n’étaient pas du monde du football, nous nous sommes du monde du football, nous arrivons, sans remettre en cause l’esprit, on a simplement apporté quelques corrections qui permettent d’arrimer nos textes à l’environnement. Nos prédécesseurs n’avaient pas peut-être cette dimension ou cette expérience pour pouvoir apporter quelques petites différences. La culture sportive ils ne l’avaient pas, nous nous l’avons, nous avons cette sensibilité qui nous permet de le faire, encore que nous avons fait travailler des experts pour ça. Il ne faut pas oublier une chose, c’est que nous avons travaillé en étroite collaboration avec la FIFA et aujourd’hui nous estimons que nous avons des textes qui sont vraiment en rapport avec l’environnement”

Votre travail se résume t’il finalement à la gestion des affaires courantes ?

“Nous ne sommes pas une commission de gestion des affaires courantes, du moins nous n’en sommes plus à ce niveau. Nous avons été élus pour organiser, transformer le football, et le réorganiser. Donc le temps de la gestion des affaires courantes est terminé, maintenant nous devons travailler. À cet effet nous avons besoin d’avoir d’autres Ligues, c’est une promesse. Ligue du football féminin, du football jeune. C’est vraiment étrange car ce sont les deux compétitions où nous avons été bons. On a gagné la CAN U17, quelques soit ce que diront les gens, arriver en 1/8e de finale de la coupe du monde féminine est parfait pour nous. C’est le minimum qu’on a demandé et elles l’ont atteint, ce qui veut dire qu’on doit organiser le football féminin”

La nomination du président en fonction de la LFPC le Général Pierre Semengue comme président d’honneur de la Fecafoot n’est-ce pas là un moyen voilé de le pousser vers la sortie?

“Au sujet du président de la LFPC, cela a été un souhait car on ne pouvait changer le projet d’ordre du jour, on a exprimé notre désir de le porter à la présidence d’honneur de la Fecafoot à la prochaine assemblée générale. Personnellement c’est une excellente idée parceque je pense qu’il a beaucoup donné pour le football et mon intime conviction est qu’il mérite ce titre honorifique. Il le mérite car à la fin de son mandat, comme le stipule les textes de la LFPC, il n’aura plus la possibilité de se représenter, donc j’ai anticipé afin que son honorabilité pour tout ce qu’il a accompli pour le pays soit préservée et reconnue par sa famille du football. Il est là depuis longtemps, il était donc important de lui donner une tribune pareille et cet honneur. C’est vrai qu’il n’a pas terminé les travaux avec nous, mais il a été tenu informé de cette proposition. J’y tiens particulièrement, et nous allons le faire lors de notre prochaine assemblée générale dans deux mois”

Le fait que le comité exécutif nomme désormais les secrétaires généraux des ligues décentralisées, n’est ce pas un moyen de tuer l’autonomie des dites Ligues ?

“Le texte dit on nomme et on révoque sur proposition du conseil d’administration de la Ligue, c’est ça la grande différence. On fait pas les textes au hasard, il y a toujours les garde-fou. Les gens doivent comprendre définitivement qu’il n’y a qu’un seul organe au Cameroun qui est chargé de la promotion du football, c’est la Fecafoot. Je n’ai rien inventé. Toutes les ligues sont les démembrements de la maison mère, comment voulez vous qu’on ait pas un droit de regard sur notre propre démembrement, ça n’a pas de sens. On leur délègue une certaine autonomie administrative et financière, ce n’est que normal. On les assiste sur les plans financier, technique et il faut qu’on travaille main dans la main. Nous avons juste voulu faire ce réajustement pour que nous soyons surs que tout ce que nous donnons comme moyens ainsi que tout ce que nous faisons aillent dans le même sens et dans l’intérêt de la ligue spécialisée que nous mettons en place”

La question sur l’incompatibilité de votre 2e vice président a t’elle finalement été évacuée ?

“C’est une question qui a fait l’objet de longues discussions au comité exécutif. Effectivement l’un de nos vice-présidents Joshua Oshi pour ne pas le citer est frappé au lendemain de notre élection du problème d’incompatibilité. Et si vous avez remarqué, toute les réunions du comité d’urgence, toutes les cérémonies officielles, il n’a jamais été invité, donc nous avons respecté les textes. On lui a rappelé que les textes lui donnent 30 jours pour faire un choix entre les deux fonctions, nous considérons qu’il a fait son choix puisque nous n’avons pas eu signe de lui et nous avons considéré que son choix était fait. Nous ne l’avons plus associé à nos activités. Maintenant les textes, nous les avons soumis à la FIFA qui trouvaient cette disposition injuste et nous a permis de modifier cette disposition qui ne devait s’appliquer qu’au président de la Fecafoot. C’est pourquoi cette disposition a été changée en conséquence, ce qui de fait, peut permettre à notre deuxième vice président de reprendre sa place”

AG FECAFOOT: Le Général Semengue va saisir la Justice

Affaire Clinton Njie : Le silence complice de la FECAFOOT

Share This