Auréolés du deuxième sacre continental de leur histoire en milieu d’année en Tanzanie, les Lionceaux ont lourdement sombré à la coupe du monde au Brésil au mois d’octobre dernier, en étant la seule équipe africaine éliminée au premier tour.

Une triste expérience pour les gamins du sélectionneur Thomas Libiih qui pourtant avaient suscité beaucoup d’espoir pour cette compétition mondiale, après le trophée remporté à la CAN en Tanzanie, six mois plus tôt. Les Lions cadets n’ont pas pu justifier leur statut de champions d’Afrique au Brésil. Pourtant logé dans une poule moins corsée que celle des autres ambassadeurs africains à la coupe du monde U17, le Cameroun avait surpris son monde en perdant d’entrée contre le Tadjikistan. Ce revers avait fortement compromis l’avenir de la sélection nationale camerounaise qui, par la suite, enchainait deux autres défaites face à l’Argentine et l’Espagne. Avec 0 point, un seul but inscrit contre six concédés, les Lions Cadets quittaient la compétition, dès le premier tour. Avec les Pays-Bas (champions d’Europe) et la Nouvelle-Zélande (championne d’Océanie), le Cameroun faisait partie des pays champions de leur confédération qui prenaient la porte, après la phase de groupe. Toutefois, les Lionceaux présentaient le tableau le plus sombre, en étant le seul champion à ne pas accrocher aucune victoire durant les trois matches de poule.

Un échec inévitable

Cette débâcle à la coupe du monde semblait déjà se dessiner avec la mauvaise préparation de cette sélection. Les dirigeants de la fédération camerounaise de football qui n’ont jamais daigné mettre sur pied un véritable des jeunes ont cru que le miracle de Dar Es Salam du mois d’avril pouvait se reproduire dans les stades brésiliens, à l’occasion de cette coupe du monde U17. Des stages sans véritables matches d’évaluation ont meublé la préparation de cette sélection. « Au niveau de la préparation, nous n’avons pas eu de calibres (grandes équipes, ndlr) qu’il fallait pour pouvoir atteindre le haut niveau. Je peux prendre pour exemple le stage en Turquie où physiquement nous n’étions pas prêts » reconnaissait Thomas Libiih, à l’heure du bilan. Et le sempiternel problème de primes a encore fait jaser dans la tanière des Lions Cadets et a souvent fait sortir de ses gongs le sélectionneur Thomas Libiih. « C’est délicat de gérer des gamins et d’être confronté à de multiples difficultés surtout dans ce domaine. Toutefois, le regret est ailleurs. Il n’y aucune politique, aucune organisation. C’est très embêtant », s’indignait-t-il à propos de la question liée aux primes. Les Lions Indomptables de moins de 17 ans, ne sont jamais montrés au niveau de leur adversaire durant cette compétition. Ils ont plutôt été, dans ce tournoi, la plus grande déception de l’Afrique qui n’a sauvé sa face qu’à travers les qualifications des autres représentants dont notamment le Nigeria qui a terminé en tête du groupe B. Le Sénégal et l’Angola ne sont contentés que des secondes places dans leur groupe pour accéder en huitièmes de finale.

Pour l’histoire

En sortant dès la phase de poule de cette coupe du monde U17 Brésil 2019 avec 0 point, la bande au capitaine Fabrice Ndzie a claqué la pire performance du Cameroun dans cette compétition. En 2003 en Finlande, lors de la première participation des Lions cadets à ce tournoi, le Cameroun était éliminé au premier tour mais sans en avoir perdu la moindre rencontre. Le Brésil, futur vainqueur de l’épreuve, a souffert pour s’en tirer avec le point du match nul, lors de la première journée des matches de poule.

CAN U17 : Le Cameroun sur le toit de l’Afrique, 16 ans plus tard

Lionnes U 17 : Stéphane Ndzana Ngono convoque 25 joueuses

Share This