Journaliste sportif camerounais, Paul Sabin Nana avait couvert le dernier match disputé par les Lions Indomptables à Douala, le 4 octobre 1998 face au Ghana (1-3). 22 ans après, il se souvient encore de l’engouement et de la mobilisation que cette rencontre avait suscités. Il voit ce scénario se reproduire le 26 mars 2020, avec un public qui voudrait découvrir à quoi ressemble le nouveau stade de la réunification.

Quel souvenir gardez-vous du dernier match des Lions Indomptables à Douala ?

Il faut dire que c’est un triste souvenir. Les Lions séniors ont disputé leur dernier match à Douala depuis 1998. Malheureusement, la rencontre s’était soldée par une défaite du Cameroun (1-3 ? ndlr), pourtant elle avait suscité beaucoup d’intérêt et mobilisé beaucoup de monde. Le terrain était archicomble et les Lions revenaient d’une Coupe du Monde (France 98, NDLR) relativement réussie. C’est vrai qu’on avait été éliminés au premier tour, mais vues les conditions dans lesquelles le Cameroun a été éliminé, on s’est dit que notre équipe n’a pas été ridicule dans ce mondial et surtout que lors de cette Coupe du Monde, c’est un enfant de l’Omnisports, à savoir Njanka Beyaka qui avait inscrit ce but magnifique contre l’Autriche. Dès qu’on a annoncé le prochain match des Lions au Cameroun et à Douala, vous comprenez pourquoi le stade était archicomble. Beaucoup étaient fiers et contents entre autres de la prestation de Pierre Njanka Beyaka.

22 ans après, quel est le sentiment que vous pouvez éprouver alors qu’un nouveau match est programmé à Douala ?

La ville de Douala, c’est la ville natale du football camerounais. Les Lions fanions ne devraient pas attendre 22 ans pour être programmés dans cette ville. En principe, vue l’adhésion que les matches des Lions suscitent à travers le Cameroun, on devrait faire le tour au moins des chefs-lieux des régions, surtout la ville de Douala qui a tout donné aux Lions Indomptables. Je vous rappelle qu’après ce match, malgré cette défaite et tout ce qu’il y a eu comme incident, on s’est qualifiés et on est même allé remporter cette CAN en 2000. Le Ministre des Sports de l’époque le Pr Joseph Owona qui a vu des gens s’étouffer devant lui pendant ce match, la configuration du stade ne permettant pas qu’on évacue facilement les spectateurs –  Il y a eu des blessés, certains ont même dit des morts, ce que je n’avais pas vus en tant que reporter – a dit qu’il fallait reconstruire ce stade pour qu’il devienne moderne avec des voies de secours et d’évacuation. Mais vous voyez que depuis ce jour-là, Yaoundé a plusieurs fois voté des fonds pour la réhabilitation du Stade Ahmadou Ahidjo mais jamais  pour celui de Douala. Il a fallu attendre la CAN 2019 pour que Douala bénéficie un peu de ce geste du Gouvernement. C’est injuste pour une ville comme Douala. Maintenant, plus de 20 ans après, vous voyez dans quelles conditions ça revient. Ça suscite un peu une curiosité comme quand les Lions rentraient de la Coupe du Monde 1998. Aujourd’hui, vous voyez un stade qui est rénové, tout le monde aimerait découvrir le nouveau stade, à quoi ça ressemble. Donc, en principe, ce nouveau match devra drainer beaucoup de monde et on espère que les Lions ne vont pas une fois de plus nous faire honte. On peut supporter que les Lions perdent si après ça peut être comme en 2000, c’est-à-dire qu’on remporte la CAN 2021. Il ne faut pas oublier qu’on a perdu ce match mais on a remporté la CAN 2000 co organisée par le Nigéria et le Ghana. Au cas contraire, tout le monde aimerait voir les Lions gagner et puis, on attend impatiemment cette rencontre.

Cameroun-Mozambique : Qui sont les nouveaux convoqués ?

Cameroun – Mozambique : Les grands absents

Share This