Revenu au pays pour se relancer, Patrick Mevoungou est actuellement en stage avec les Lions A’ en vue du sixième championnat d’Afrique des nations. Dans un entretien exclusif qu’il nous a accordé le milieu de terrain parle du déroulement du stage et livre les raisons pour lesquelles, il s’engagé avec un club de quatrième division.

Comment vous vous retrouvez chez les Lions A’ ?

Je disputais un match contre la Colombe du Dja et Lobo avant d’être contacté par le coach qui déjà est un père qui me connaît bien professionnellement, et qui était par la suite surpris de savoir que j’étais au Cameroun pour me relancer. De là est venue une causerie sur le projet du Championnat d’Afrique des nations. Et comme moi en tant que footballeur j’aime les challenges, je lui ai dit pourquoi pas. Ça reste le football, en plus lorsqu’il faut défendre les couleurs du pays c’est toujours un plaisir et une chance.

Comment avez-vous été accueilli et comment trouvez-vous la tanière ?

J’ai été très bien accueilli par mes jeunes frères et amis que je connais très bien d’ailleurs, sans complexe. Et tout se passe très bien jusque-là.

Vous qui avez été pendant longtemps professionnel et avez fréquenté l’équipe A des Lions indomptables, comment jugez-vous le niveau de cette équipe A’ ? Selon vous, le Cameroun peut-il remporter ce tournoi ?

Le niveau n’est pas si mauvais que ça en dépit du manque de compétition locale. Je pense qu’il y a beaucoup de qualité dans le groupe entre les plus jeunes et nous. Ça reste un mélange assez homogène et à voir ce que l’encadrement nous donne, on a toutes nos chances en donnant le meilleur de nous. Surtout si nous faisons, bien sûr partie des 23 sélectionnés pour la compétition.

Dans quelles conditions, vous vous entrainez à Mbankomo ?

Le stage se déroule très bien ! Entre les matchs et les entraînements on n’enregistre pas de problèmes majeurs.

Pour avez-vous signé à Futuro FC, un club de quatrième division ?

Comme je l’ai dit tantôt, ça reste le football peu importe l’équipe ou la division. Le plus important est d’être compétitif mais avec la situation qui perdure actuellement au Cameroun il n’était pas évident de s’engager en élite. Alors vu que la période du mercato est fermée, il fallait trouver un club où je peux avoir de l’activité. Mais si le championnat d’élite débute, je serais bel et bien présent sur les stades.

Bilan Fecafoot : Seidou Mbombo Njoya choisit le flou 

Football jeune : Il a fallu du temps 

Share This