Parfait Siki, le chef du département de communication de la Fecafoot commente la décision rendue public par le comité exécutif de l’institution ce mercredi. 

Ce que nous avons pris comme résolutions ne remet pas en cause la sentence du TAS. La sentence du TAS avait été déjà appliquée et la ligue rétablie. La preuve c’est qu’elle a commencé à organiser son championnat. Elle a eu une activité. Elle a tenu une assemblée générale; elle a publié des communiqués, elle a fait des correspondances, elle a reçu des financements de l’Etat; elle a fonctionné. C’est simplement que l’accord qu’elle a conclue avec la Fecafoot n’a pas été respecté. C’est ça le problème. Ce n’est pas pour contrecarrer la sentence du TAS en retirant les délégations des compétences qu’elle avait confiées à la ligue. Ce n’est pas de ça qu’il est question. Il s’agit d’un membre de la Fecafoot qui a été réhabilité par une sentence et qui ne s’est pas conformé aux textes et règlements de l’association. Le Fecafoot avait déjà réhabilité la LFPC. C’est l’engagement que nous avons pris d’appliquer cette sentence de bonne foi,” a-t ‘il confié au journal le Jour.

David Pagou : “Dans le contenu, on n’est pas déçu”

Ligue des Champions CAF : Ngah et le Raja n’iront pas en finale

Share This