Approchée dans le cadre du lancement du championnat féminin le 14 novembre 2020 à Douala, la présidente régionale de la Ligue de Football féminin du littoral, loue les progrès réalisés pour l’émancipation de la discipline, mais regrette la faible autonomie de la Ligue de football féminin du Cameroun (LFFC).

« Une Ligue comme celle actuelle avec un bureau nommé ne jouit pas de tous ses pouvoirs. Il faudrait qu’en 2021 les dirigeants de la Ligue soient élus. Ce n’est qu’ainsi que la Ligue sera indépendante», revendique Pancrace Essamba Olinga. L’arrivée des sponsors et les initiatives autour du football féminin augurent d’un bel avenir selon cette ancienne footballeuse. « Aujourd’hui il y a des sponsors qui s’intéressent au foot féminin ce qui n’était le cas hier. Les acteurs peuvent déjà subvenir à certains besoins à la fin du mois. La CAF et la FIFA accordent plus d’importance à ce football. C’est l’occasion de mieux l’organiser en interne, au plan local et d’aller faire bonne figure lors des compétitions comme la Ligue africaine des champions. J’espère que le Cameroun fera fort à cette compétition», a exprimé Pancrace Essamba Olinga.

Mozambique – Cameroun : Bill Tchato sur le vol manqué des Lions

Share This