Le technicien camerounais analyse la rencontre Algérie-Cameroun (1-1) comptant pour la première journée du dernier tour des Eliminatoires de la Coupe du Monde Russie 2018.

Le match contre l’Algérie était un match difficile pour nos lions. Les deux équipes, d’un côté l’Algérie avec les statistiques en sa faveur, meilleure nation Africaine, meilleur dans la phase qualificative pour la CAN2017 , un groupe mis sur pied par halilozic et ensemble bientôt voilà 5 ans, et une équipe du Cameroun en pleine reconstruction, qui n’a pas perdu a l’extérieur en match officiel et qui n’a d’ailleurs perdu aucun match officiel avec son sélectionneur Hugo boss. Les attentes étaient énormes. L’on tenait à voir ce que valent réellement les lions dans ce test grandeur nature, s’ils étaient capables de pérenniser l’hégémonie du Cameroun sur l’Algérie?

Un premier quart d’heure difficile

Les lions ont démarré le match de façon poussive, et ont été surpris dans l’entame par les algériens qui tenaient à en découdre le plus tôt possible. Donc, il faut mettre le 1er 1/4 d’heure à l’actif des algériens. Passé ce 1er 1/4 d’heure, les lions ont su réagir, repousser les assauts algériens et reprendre le dessus. Une positivité qui se concrétise par l’égalisation a la 24e minute. A l’entrée du 3e 1/4 d’heure de jeu qu’a la fin de la 1er période, on assiste a un match équilibré et ouvert, le danger venant de part et d’autre.
Il faut dire que le coté gauche, celui d’Oyongo a été le coté le plus sollicité, voir le circuit préférentiel des algériens avec un certain Mahrez qui à chaque fois donnait du tournis à Oyongo Bitolo et a la défense camerounaise.

Une défense plus solidaire et efficace, plus la classe d’Ondoua en seconde manche

A la reprise, les algériens sont venus avec plus d’envie et de détermination, mais ils se sont butés a une défense bien regroupée, dynamique, solidaire et très volontaire. Les lacunes de la 1ere période ont été corrigées au niveau de l’animation défensive de toute l’équipe et même particulièrement de la ligne défensive, avec des couvertures et de l’anticipation sur les actions. Les algériens, bien qu’ayant la possession de balle ne pouvaient trouver leur salut que sur les tirs de loin. Fort heureusement, le gardien Ondoa veillait au grain et a sorti le grand jeu, la grande classe des gardiens camerounais. Certes, il y avait de la place pour placer de bon contre mais ça n’a pas été coordonné dans les enchaînements.

Un bon résultat, un avenir prometteur

Au finish les lions s’en sortent bien avec un match nul. Un résultat positif a l’extérieur. Cette équipe doit continuer à progresser au niveau de l’animation offensive, dans les phases de possession de balle, des coups de pieds arrêtés et surtout dans les phases de transition.
Pour une fois on a vu un axe central dynamique et efficace dans les interventions, un milieu de terrain travailleur.
Hugo boss n’a pas dérogé à sa règle d’avoir toujours un 11 entrant différent de match en match. Ce qui a expliqué le manque de cohésion totale dans les phases de jeu, surtout sur le plan offensif. Mais il faut comprendre qu’il n’a pas souvent trop eu le choix avec les défections, les cas de blessures, les absences et l’inconstance de certains. Néanmoins, ses jeunes et certains nouveaux venus ont montré qu’ils ont du potentiel comme DJoum et Ngadeu, qui se sont bien intégrés. De plus en plus, les nouveaux confirment à leurs postes au détriment des blessés et des absents. C’est vrai qu’on aurait souhaité voir Choupo Moting rentrer en fin de jeu, mais ce n’est que partie remise. Avec ce groupe, très bientôt les choix seront très difficiles. Mais ce serait pour le bonheur du peuple camerounais qui voit davantage un groupe se mettre sur pied avec un fort potentiel de joueurs et une réserve bien fournie.

Olivier vassilios Esseme, entraineur de football

Benjamin Moukandjo: “Nous devons bonifier ce point ramené de l’extérieur”

Russie 2018: Les lions indomptables font limoger le sélectionneur de l’Algérie

Share This