Auteur de huit buts et d’une belle quantité de passes décisives, Karl Toko Ekambi est devenu un pion indispensable à l’OL. Quand l’attaquant camerounais va bien, l’OL se porte bien et quand il va mal comme ça s’est vu contre Brest, les Gones sont en difficulté.

Excepté le match contre Brest marqué par le coup d’arrêt de l’OL qui était sur une belle série de cinq victoires consécutives, Karl Toko Ekambi marque toutes les rencontres de l’OL de ses empreintes depuis bientôt deux mois. Il n’y a plus photo entre le Toko Ekambi du mois d’août qui avait des regrets après avoir raté plusieurs duels face à Manuel Neuer en demi-finale de la Ligue des champions. Face au Bayern Munich et celui d’aujourd’hui qui compte huit buts en ligue 1 et pas mal de passes décisives. « Je trouve que c’était trop poussé, notamment envers moi, d’ailleurs. Quand c’est moi, les occasions loupées, c’est moi qui ai eu des ratés. C’est l’OL qui a vendangé, et quand c’est le PSG, c’est Neuer qui a été grandiose, regrettait-il dans les colonnes de L’Équipe. Je suis même heureux que ça tombe sur moi, parce que les commentaires qui ont été faits peuvent déstabiliser un joueur. Alors que moi, je m’en fous. Donc oui, je suis très heureux que ce soit tombé sur moi, parce que je sais passer à autre chose » regrettait-il en août après les critiques qui fusaient dans tous les sens au lendemain de la défaite de l’OL contre le Bayern Munich en ligue des champions. Mais pour qui connait l’attaquant camerounais comme Albert Cartier, son ancien entraineur  à Sochaux, il valait mieux se taire. “Il a déjà traversé des périodes comme ça avec nous, durant lesquelles il touchait les montants. Mais c’est un garçon blindé et orgueilleux, donc il ne tombera pas dans le piège d’avouer que ça le touche. Il n’y a pas grand-chose qui peut le perturber d’ailleurs. Il n’est pas passé par la filière classique d’un centre de formation de club pro et tout ce qu’il a obtenu, c’est grâce à sa grosse force de caractère. Il est tellement habitué à la difficulté que relever des défis, ça n’est pas un problème pour lui. Il a un objectif, c’est de s’améliorer et de prouver que les gens le critiquant ont tort. Il faut comprendre qu’il n’est pas du tout usé. Son éclosion est un peu tardive, il n’est arrivé dans le monde professionnel qu’à 22 ans [en 2014 à Sochaux, en L2]. Il garde donc une vraie fraîcheur à désormais 28 ans.” C’est donc cette grosse force de caractère et la confiance en soi qui ont permis à Toko Ekambi de tout gommer et de rebondir au point de devenir aujourd’hui l’atout maitre de l’OL. Avec huit buts et plusieurs passes décisives, il est devenu incontournable et pèse de tout son poids dans le trident offensif des Gones.

Football jeune : l’Académie de Fabrice Ondoa fait déjà parler la poudre

Cauris Kuate : « J’espère qu’on reviendra à l’exécutif de 2009 »

Share This