Pour ce spécialiste du Marketing, l’impact du coronavirus sur le football camerounais se situe à 4 niveaux. Il y’a un niveau sanitaire, physique, économique et organisationnel.

Au niveau sanitaire, le risque de maladie se fait présent pour les footballeurs autant que le reste de la population. Il serait souhaitable pour la FECAFOOT pour le lien social,de continuer de véhiculer le message si chers aux footballeurs, et de demander aux lions indomptables jouissant d’une bonne image et notoriété de le faire dans des videos susceptibles de sensibiliser les populations et même les footballeurs locaux.

Sur le plan physique, il y’a un manque d’activités qui va créer une méforme chez les joueurs plus veux susceptibles d’être sélectionnés pour le CHAN. Il est important que les clubs puissent concocter un programme individuel à suivre par les joueurs. J’ai eu ex matin par téléphone la lionne indomptable Nchout Ajara qui se plaignait de cette inactivité dans son quotidien. Combien de fois les joueurs locaux qui sont moins suivis que les professionnels.

Nous avons le niveau économique. Un club de football est une entreprise comme une autre qui a des salariés, sans des entrées. Comment est-ce que le club va pouvoir couvrir celà. Une réflexion doit être lancée au niveau de la FECAFOOT pour savoir dans quelle mesure les aider. Par exemple la Premier League a apporté une aide de 53 millions d’Euros aux clubs amateurs. On ne demande pas à la fédération de faire autant, mais qu’une action doit être menée dans ce sens.
Enfin il y’a le niveau organisationnel. Lors de l’accalmie de cette pandémie, il va falloir trouver des dates. La Premier League compte reprendre le championnat le 03 Avril, mais l’évolution de la pandémie les a emmené à plus de réalité. Ils ont du repousser. Sachant que dès que l’accalmie revient, le CHAN devrait être l’une des priorités. Car il a un impact sur le football local. Il faudra donc commencer des réflexions à la FECAFOOT pour faire plusieurs scénarios, et si possible savoir comment boucler le championnat sans porter atteinte à la santé physique des joueurs. Il y’a les contrats des joueurs qui vont arrivés à terme. Avec la prolongation du championnat il va falloir trouver une solution en discussions avec le Syndicat des joueurs (SYNAFOC) pour des arrangements (des avenants). Il y’a des cas par le passé qui ont stoppé le football (comme les guerres mondiales), mais là l’Afrique se trouve confronter à son premier gros cas d’arrêt global. Il va falloir y faire face.”

Edito : La vie n’a pas de prix

JO Tokyo 2020 : le report des Jeux, une décision difficilement prise

Share This