Six ans après ce vilain geste qui a fait le tour des télévisions du monde et des réseaux sociaux, le milieu de terrain camerounais semble ne s’en être pas encore remis. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il continue de le regretter, au vu de son impact sur sa carrière et sur sa famille. Il est revenu sur cet épisode marquant de sa carrière au cours d’une sortie sur les réseaux sociaux.

« C’est un mauvais réflexe que j’ai eu. Ce n’est pas quelque chose que tu prépares. C’est dans l’action en fait. C’est après que ça me revient que j’avais eu un truc comme ça avec lui (Barcelone-Bayern). Parfois dans le football, les émotions te font faire des choses. Donc quand j’ai fini de faire ça, j’ai pris le carton rouge. Même quand je suis dans le vestiaire, je ne réalise pas le geste que j’ai commis. Quand j’ai eu Keylian (son deuxième fils) qui m’a dit : « what have you done ? » ça m’a fait mal. J’ai compris que j’ai commis une grave bêtise parce que je suis l’exemple pour beaucoup d’enfants, beaucoup de jeunes. Ce n’est pas une erreur à commettre sur un terrain de football. Tu ne peux pas te permettre ça à un certain niveau. Le match contre la Croatie, honnêtement, on avait bien commencé ce match. Si je ne commettais pas cette bêtise, je crois que le Cameroun pouvait faire quelque chose. Je suis convaincu parce qu’on bien dans le match. C’est moi qui tue ce match avec l’action qui s’est passée. Mon fils me parle. Un enfant qui n’a même pas encore six ans me parle au téléphone « why, why, why… » Je ne pouvais pas répondre à mon fils. Je n’avais pas de mots. C’est dans l’action que c’est venu comme ça. J’ai tué tout le monde. Et jusqu’aujourd’hui, ça pénalise mes enfants parce que ce n’est pas un exemple. Ce geste c’est quelque chose que je n’aurais pas dû faire sur un terrain. Ça va me suivre toute ma vie. Même mes enfants aujourd’hui ont la répercussion. Si ça a touché mes enfants, ça veut dire que les autres enfants ont eu la même pensée au même moment. Je vais m’en vouloir toute ma vie parce que ça va me marquer. C’est ça qui fait que j’arrête la sélection parce que j’ai rendu mes enfants malheureux. Ma femme était malheureuse, mes enfants étaient malheureux. J’ai rendu tellement les gens tristes que je me suis dit que mieux vaut couper, rester tranquille. Les gens m’ont insulté mais c’est la loi du sport. Il faut savoir l’accepter. » Regrette-t-il.

Tanière : les nouvelles révélations de Marlène Emvoutou

Le onze camerounais de rêve de Patrick Mboma

Share This