Au cours d’une cérémonie organisée au palais polyvalent des sports de Yaoundé le samedi 14 décembre 2019, le comité local d’organisation du Championnat d’Afrique des Nations avait présenté la mascotte officielle de la compétition au public camerounais et africain. La vive réaction des internautes sur la toile a poussé le ministre des sports et de l’éducation physique Narcisse Mouelle Kombi, par ailleurs président du comité d’organisation du CHAN, à revoir son « Tara 237 ».


Le Cameroun et l’Afrique avaient découvert la mascotte du CHAN 2020, samedi dernier. Pour beaucoup à travers le petit écran. Quelques minutes après l’annonce de « Tara 237 » comme la mascotte officielle du prochain Championnat d’Afrique des Nations, une vive contestation avait envahi la toile. Les internautes n’étaient pas passés par quatre chemins pour exprimer leur dégoût envers ce Lion à la crinière étonnante et aux pattes en forme de nœuds. Les indignations et le rejet fusaient de toute part. « Un totem », « une horreur », « effrayante » … En mois de 24 heures, les réactions autour de la mascotte « Tara » ont enflammé la toile, animée par des internautes qui rivalisent d’humour pour exprimer leur mécontentement vis-à-vis de ce choix. « Une mascotte est par essence gaie, susceptible de s’amuser et d’amuser les enfants, pas d’effrayer. Or c’est la sensation que Tara donne. Mais qui peut nier qu’il y a au moins une laide personne dans son entourage ? On finit par s’y habituer non ? », avait écrit sur sa page Facebook le journaliste sportif Martin Camus Mimb. Annie Payep, une autre journaliste, est allée dans le même sens, en soulignant la laideur de la mascotte. « Bonne semaine à tous sauf à ceux qui disent que ce machin dit mascotte n’est qu’une proposition. Lol. Qui a osé proposer un truc comme Ça? La CAF a donc notre honneur entre les mains. Que ce soit makala ou bobolo c’est NON. Bref Tara tu es très laid », pouvait-on lire sur page tweeter.
Il n’y a pas que chez les journalistes que « Tara 237 » n’ait pas trouvé terrain fertile. La réaction de Cissé Bamanga, un artiste plasticien camerounais a surabondamment été partagée dans les réseaux sociaux. « Comment comprendre que c’est ce Djoundjou qui est la mascotte du CHAN 2020 au Cameroun ? Dans un pays où il y a des directeurs artistiques et graphistes sérieux dont j’en suis un, c’est vraiment triste. Le président du COCAN et les jurys qui ont validé ce “Djoundjou” national qui va faire le tour de la planète lors de la prochaine compétition du CHAN 2020, honte à vous », s’était-il indigné. Certains y ont vu l’occasion de lancer une campagne de boycott de la mascotte. « On peut pas lancer un hashtag pour boycotter la mascotte TARA », proposait un internaute. Dans ce tourbillon de contestation, pas l’ombre d’un commentaire positif sur cette mascotte, si ce n’étaient ceux de quelques membres du COCHAN qui tentaient de calmer la situation en expliquant que la CAF aura le dernier mot.
Une position qui tranchait avec celle d’Abel Mbengue, le président de la commission communication du comité d’organisation. « Ce que nous avons présenté ne connaîtra pas de révolution. L’année du Chan 2020 s’ouvre dans quelques semaines et il y a d’autres manifestations avant cela. La mascotte est là, l’hymne est là », avait affirmé l’ancien journaliste. Cependant le communiqué du ministre des sports et de l’éducation physique Narcisse Mouelle Kombi publié vendredi 20 décembre montre bien la reculade du comité d’organisation du CHAN et donne raison aux internautes qui n’avaient pas approuvé cette mascotte. La CAF, propriétaire de cette compétition, a, elle aussi, fait des observations allant dans le sens de l’amélioration de la mascotte. « A la suite de la proposition du jury, des avis enrichissants du public camerounais et des recommandations éclairées de la CAF, bientôt la révélation du visage définitif de la mascotte officielle du CHAN TOTAL CAMEROUN 2020 », indique le ministre des sports. La nouvelle mascotte reste attendue, avec l’espoir qu’elle trouvera l’assentiment de tout le monde, cette fois-ci.

Affaire Tara : Narcisse Kombi Mouelle donne raison au public

Infrastructures sportives : Kombi Mouelle nomme dans les stades en chantier

Share This