Malgré les critiques et les contre-performances enregistrées lors des matchs de préparation, le sélectionneur du Cameroun est serein et optimiste à la veille du CHAN 2021. 

Au sortir du match contre la Zambie, on vous a vu sortir du stade déçu, peut être même dépassé par les événements. N’est-ce pas ? 

C’était juste le sentiment après le match perdu. Après on s’est remis. La phase de préparation a pris fin, je pense que c’est un autre état d’esprit qui nous habite aujourd’hui. Les matchs de préparation n’ont pas été flamboyants pour nous, mais il y a des préparations aux résultats mitigés qui précèdent de très belles performances à la compétition. Nous sommes prêts pour aborder cette compétition avec un nouvel état d’esprit, un autre engagement, une autre détermination.

La défaite contre une sélection comme le Niger est quand même inquiétant. Non ? 

Ce n’est pas aussi grave, car il y a un nivellement des valeurs sur le continent africain aujourd’hui. Il ne faut pas rester sur les idées préconçues. C’était important de voir tous les réglages à faire pour aborder la compétition.

Vous avez aligné trois équipes différentes durant ces trois matchs du Pré-Chan. Était ce une bonne option finalement ?

Il y avait toujours une ossature de 6 à 7 joueurs qui jouaient en permanence tous les matchs. Ça, c’était les matchs de préparation, maintenant nous allons commencer la compétition comme toutes les équipes. Ces matchs nous ont permis d’avoir une idée de ce que sera la compétition.

Lorsque vous prenez l’équipe, il y avait un groupe en place que vous avez chamboulé, était-ce nécessaire   ?

Il y a encore 11 éléments de l’ancienne équipe encore présents. On a pas tout balayé, quelque chose existait quand même ! Je pense qu’il faut attendre la compétition maintenant, c’est ça le plus important.

Quand on voit cette équipe jouer, on se dit que des joueurs tels que Etta Bawak et Samuel Nlend… pouvaient être utiles. Pourquoi ne les avez vous pas retenus ?

Un entraineur fait des choix. Ils ont été faits. C’est tout !

Que répondez-vous à ceux qui pensent que votre prédécesseur avait besoin d’un tueur, d’un buteur  ?

On ne recherche pas l’équipe à la veille du Chan. Je vous dit le groupe est déjà là. Il a d’ailleurs été étendu à 33 joueurs parce qu’il y a le Covid-19.

Avez-vous la pression ? 

Non, je n’ai pas de pression. Nous nous organisons, je sais que tout le monde attend la victoire. C’est vers ça qu’on s’achemine très tranquillement mais de façon professionnelle. La fédération et ministère, tout le monde est autour l’équipe pour engage bien cette compétition. Nous avons une petite connaissance de nos adversaires, nous l’extraction pas vraiment un saut vers l’inconnu.

CHAN 2021 : La Zambie a déjà regagné son camp de base à Buéa

Geremi Njitap : “Porter le vert-rouge-jaune n’est pas une chose facile”

Share This