Vendredi, à l’occasion de la 5ème journée des Éliminatoires de la CAN 2019, les Lions indomptables ont été sévèrement battus par le Maroc 2-0 au Stade Mohamed V. Une première défaite pour Seedorf à la tête des rois de la forêt. Il s’agit en général d’un match à vite oublier pour Choupo Moting et ses coéquipiers.

André Onana : 4/10

Le gardien de l’Ajax Amsterdam faisait un match exemplaire en grillant plusieurs actions répétées de son coéquipier en club, Haquim Ziyech. Jusqu’à ce que sa défense le lâche complètement. Il n’a été fautif sur aucun des deux buts marocains. Pris à contre-pied sur le penalty, il a été masqué par sa défense sur la deuxième réalisation. Comme quoi, un gardien n’est rien sans sa défense.

Michael Ngadeu : 3,5/10

Le défenseur du Slavia Prague a été absent dans son rôle de patron de la défense camerounaise. On a rarement vu les interventions autoritaires auxquelles il nous a souvent habitués. La coordination avec le jeune Jerôme Onguene n’a pas été au beau fixe. Un match à vite oublier pour le tout premier capitaine de Clarence Seedorf qui doit améliorer ses rendus face à des équipes à la réputation technique.

Jerôme Oguene : 4/10

C’est vrai qu’on ne s’attendait pas à ce qu’il endosse très vite le costume de patron dans la défense camerounaise. Mais la petite forme de Ngadeu aurait pu lui permettre de prendre des ailes. Mais il a préféré s’aligner au niveau de performance de son compère de l’axe central avec des marquages peu rigoureux ou complètement absents. Il lui faut encore peut-être d’autres matches pour convaincre le public camerounais.

Faï Collins : 4/10

Le latéral droit de Standard de Liège malgré sa sérénité n’a pas pu sortir du lot. Les 90 minutes passées sur le terrain ne lui ont pas vraiment suffi pour maîtriser les secrets de l’attaque marocaine d’une mobilité à la limite supersonique. S’il a à peine fait l’essentiel en défense, on l’a peu vu dans le registre offensif qui constitue une de ses forces.

Gaétan Bong : 3/10

Titularisé à la place d’Ambroise Oyongo Bitolo blessé, le défenseur de Brigton est loin d’avoir fait oublier le tenant du poste. Comme toute la ligne défensive camerounaise, il a été tendre dans les réactions. Offensivement, il s’est montré tout aussi timide. L’équipe nationale du Cameroun attend toujours de retrouver le Gaétan Bong du championnat anglais et ses performances admirables.

Georges Constant Mandjeck : 2/10

Sa présence dans le onze entrant aligné hier par Seedorf a été une grande curiosité pour l’essentiel des observateurs, après ses piètres matches qui se succèdent avec l’équipe nationale. Cela est de nature à confirmer les langues qui affirment qu’il ne doit sa convocation qu’à son appartenance à l’écurie Utopia du fils du non moins fils du Président du Comité de Normalisation de la fédération camerounaise de football (Fecafoot). Hier encore, il a servi une prestation à la limite pathétique. Si Seedorf l’appelle encore en sélection, il faudra s’interroger.

Franck Zambo Anguissa : 5/10

Malgré l’inertie de son compère Mandjeck, André-Franck Zambo Anguissa a pu corriger ce qui pouvait bien l’être. Il a souvent porté le danger avec quelques relances propres. Non sans porter secours à l’attaque qui n’était pas dans son grand jour.

Pierre Kunde Malong : 3,5/10

Son repositionnement comme milieu relayeur ne l’a pas beaucoup aidé. Malgré sa grande volonté, jouer dans un registre peu habituel a largement limité ses potentialités alors qu’il avait rendu satisfaction lors de sa titularisation à Yaoundé face au Malawi. Seedorf a voulu l’utiliser comme cobaye pour faire briller « le joueur du Président », Georges Constant Mandjeck. Peine perdue.

Christian Bassogog : 5/10

Pour son premier match sous les ordres de Clarence Seedorf, Christian Bassogog avait à cœur de rendre satisfaction au public. Sur le couloir droit de l’attaque, il s’est montré remuant dès l’entame. Avec un jeu porté vers l’avant et une précision remarquable dans les passes, il aurait pu apporter davantage si le niveau collectif de l’équipe était plus satisfaisant. Sa propension à venir régulièrement soutenir la défense a coûté un penalty aux Lions Indomptables à la 54ème minute. On lui aurait fait très peu de reproches s’il n’avait pas été victime de ce coup du sort.

Eric-Maxim Choupo Moting : 4/10

Techniquement, il n’a pas déçu. Mais en conservant beaucoup le ballon, il n’a pas trop aidé ses coéquipiers de l’attaque. On attendait qu’il sorte du lot pour faire la différence, même tout seul comme face au Malawi à Yaoundé. Peut-être avait-il une nouvelle fois besoin du brassard pour jouer à fond son rôle de leader technique naturel de l’équipe. Seedorf doit penser à ce facteur motivation.

Karl Toko Ekambi : 3/10

Désigné capitaine contre toute attente par Clarence Seedorf, l’attaquant de Villareal a traversé la partie comme un fantôme jusqu’à son expulsion après avoir écopé d’un carton jaune pour simulation. Le brassard semble plutôt avoir perverti ce joueur dont les dernières prestations avec les Lions étaient satisfaisantes dans l’ensemble. Incapable de servir de relais entre l’entraineur Clarence Seedorf et ses coéquipiers, il s’est aussi illustré par quelques ratés spectaculaires.

Clarence Seedorf : 2/10

Du choix des hommes à leur positionnement sur le stade en passant par son autorité, Clarence Seedorf n’a rien fait pour redresser sa côte en constante chute depuis sa première sortie sur le banc des Lions. Le technicien hollandais doit urgemment faire une introspection et tenter de changer de cap. Chez lui, la logique et l’objectivité ont pratiquement foutu le camp.

Capitanat: Seedorf en a eu pour son grade!

Ghana 2018: Joseph Ndoko s’attaque aux manquements face au Mali

Share This