Pour Louis Fernand Tchameko, la suspension d’Ahmad Ahmad, est un message aux candidats à sa succession.

« Tout d’abord j’avoue avoir été surpris par cette annonce de l’éviction du président de la CaF, car l’homme donnait l’image de quelqu’un d’irréprochable après son audition par la police française. Au vu la gravité des faits tels que présentée par la Chambre d’éthique indépendante de la FIFA, il n’est pas surprenant qu’il ait été suspendu. Je pense que le football africain connaîtra quelque chose d’un peu plus intéressant. Au plan de l’image, cette suspension parle aux candidats de la prochaine élection. Et c’est une bonne chose pour le football africain. Beaucoup d’avancées arriveront que se soit dans le sponsoring des compétitions qu’au niveau de leur organisation. »

CAF : Constant Omari va assurer l’intérim

Franck Ghislain Onguéné : “Omari n’a pas les mains propres”

Share This