Lors d’un entretien à bâtons rompus, l’agent de liaison de l’équipe nationale du Cameroun a longuement échangé avec nous sur plusieurs sujets vedettes du football camerounais. Le bilan des Lions Indomptables en 2020, les négociations avec Youssoufa Moukoko et le CHAN 2021 sont autant de sujets que nous avons essentiellement évoqués.

QUEL BILAN FAITESVOUS DE L’ANNÉE DES LIONS INDOMPTABLES ?

Le bilan sur le plan des résultats, vous l’avez. On n’a pas perdu de match. On a fait un match nul contre le Cap vert, on a fait un match lors du match amical contre le Japon et on a gagné le reste des matchs qu’on a joués. Donc pour moi, sur le plan sportif, le bilan est bon. Toutefois, je pense que le coach est mieux placé pour s’exprimer là-dessus. Moi en tant que agent de liaison, je constate que les relations qui existent aujourd’hui entre l’équipe, l’administration et les médias se sont beaucoup améliorées. Pour moi, ces relations sont trop importantes pour la vie de notre équipe. Pour avoir l’adhésion du public, les médias ont un grand rôle à jouer. Si on ferme les portes aux médias, on ferme les portes automatiquement au peuple. Sur ce plan, je pense qu’on doit encore progresser. Sur un autre plan, je pense qu’il faut que de temps en temps les anciens se rapprochent de nous et viennent régulièrement passer des moments avec les joueurs pour que les garçons profitent de leurs expériences et de leur vécu. Ces anciens ont la légitimité de s’exprimer et on a besoin de leurs expressions même si c’est pour critiquer on a besoin d’eux.

CERTAINES INDISCRÉTIONS ÉVOQUENT DES RAPPORTS ENTRE LE STAFF TECHNIQUE ET YOUSSOUFA MOUKOKO. ETES-VOUS AU COURANT ?

Le dossier de Youssoufa Moukoko est compliqué parce qu’on a en face des allemands. Ils sont là et on connait leur puissance. Mais le coach essaie de faire tout ce qu’il peut parce que comme vous le savez son objectif est de ramener tous les meilleurs footballeurs camerounais dans leur équipe nationale. Après, le coach a aussi ses principes. Il ne force personne à venir jouer pour son pays. Il entreprend des démarches pour tendre la main. Ceux qui ont envie de venir viendront et ceux qui n’ont pas envie sont libres de refuser. Il sait que pour mieux atteindre les objectifs de l’équipe, il doit avoir les meilleurs joueurs possibles. Pour ça, il faut attirer donc tous les meilleurs. Aujourd’hui, on fait ce travail discrètement. Les informations ont fusé, c’est normal. Il faut aussi que les camerounais soient au courant. Donc nous travaillons sur plusieurs dossiers. Est-ce que à la fin, on atteindra les objectifs escomptés ? Pour le moment, c’est difficile de répondre. Mais progressivement, il y a déjà un petit noyau qui se forme dans une belle ambiance. Le coach a créé cette ambiance pour que celui qui vient d’arriver en équipe nationale se comporte comme un ancien. Tout le monde est ouvert et est prêt pour la concurrence. Les joueurs eux-mêmes avouent que cette concurrence les motive et les booste. Quand on voit un garçon comme Zambo Anguissa parler de ça malgré toutes ses performances en sélection, ça veut dire qu’il y a quelque chose de positif qui est en train de se créer. Il y a encore beaucoup de choses à améliorer dans cette équipe. Je connais l’envie et l’ambition du coach. Il a envie de mettre sur pied qui va arriver à la CAN en étant bien prête.

QUELS SONT LES OBJECTIFS DE 2021 ?

Les objectifs sont les mêmes. Le coach lui veut tout gagner. Il a dit aux joueurs qu’il veut mettre sur pied une équipe qui va faire peur au point où lorsqu’une équipe viendra affronter le Cameroun, elle va paniquer. Il s’attèle aujourd’hui à mettre donc cette équipe sur pied. C’est la concurrence qu’il insuffle qui va amener les garçons à se surpasser pour améliorer leurs performances et celles de l’équipe. Le groupe joue bien mais il y a encore des éléments qui peuvent encore apporter. Vous avez parlé tout à l’heure d’Yvan Neyou. Actuellement, il fait de très belles performances en club. Yvan Neyou sait ce que le coach lui a dit. Ils ont échangé ensemble, je ne peux pas vous en dire davantage. Les deux parlent portugais, ils se sont dit des choses. Chacun sait ce qu’il doit faire. Le jour où il sera prêt si le coach n’a pas besoin de lui, il faudrait qu’il assume. Si le coach a besoin de lui lorsqu’il sera prêt, ok.

QU’EST CE QUI SE PASSE AVEC NICOLAS NKOULOU ?

C’est la même situation. Neyou, Nkoulou, Matip et autres Youssoufa Moukoko sont dans la même situation. Le jour où ils se sentiront totalement disponibles, ils viendront. Ils veulent venir en apportant quelque chose de plus que ce qu’il y a. Je suis persuadé que ça va venir. Mais le coach est en train de construire quelque chose de sérieux. Peut-être un jour les portes seront fermées et ceux qui voudront entrer ne pourront plus y entrer. Pour le moment, tout est encore disponible.

VOUS ARRIVEZ AU CAMEROUN DANS UN CONTEXTE OÙ ON PARLE DE PLUS EN PLUS DU CHAN ET DES LIONS A’. CA VOUS INTÉRESSE N’EST-CE PAS ?

Je suis arrivé hier. J’avoue que c’est par la presse que j’ai des informations. Je n’ai pas encore vu les Lions A’ jouer. Je suis venu pour aller les voir de près. Il y a le travail, les matchs, l’environnement. Voilà autant de choses qu’il faut observer. Le coach même doit arriver avant que la compétition démarre. Le championnat n’ayant pas débuté, l’occasion nous est donnée de voir ce que valent réellement les joueurs locaux. S’il y a des joueurs qui peuvent être présélectionnés, le coach leur fera appel comme il a fait avec les joueurs de Coton sport dernièrement. Je ne parle pas à son nom mais je sais que son objectif c’est d’améliorer le football camerounais en intéressant tout le monde, en intégrant tous ceux qui sont capables de porter le maillot national. C’est quelqu’un qui a une vision à long terme pour le football camerounais.

VOUS AVEZ ÉVOQUÉ TOUT À L’HEURE L’ABSENCE DU CHAMPIONNAT. C’EST UN HANDICAP POUR LES LIONS A’. N’EST-CE PAS ?

C’est quelque chose que tout le monde déplore. Moi, en premier. J’aurais bien aimé qu’il y ait le championnat. Quand on est arrivés, il y avait un championnat. On sillonnait les stades. Personnellement, je voyais des joueurs de qualité. Malheureusement, tout s’est arrêté. Il y a des histoires comme celle qui se passe aujourd’hui. J’espère que ça va s’arranger. Mais quand le coach aura la possibilité de sélectionner les joueurs qui disputent le championnat local, il n’hésitera pas. Il n’est pas là pour prioriser ceux qui jouent en Europe. Son objectif c’est d’avoir les meilleurs joueurs à tous les niveaux. Nous sommes convaincus qu’il y a de très bons joueurs qui évoluent au Cameroun dans les centres de formation et les clubs. C’est vraiment dommage qu’il n’y ait pas de championnat. Je tire un grand coup de chapeau au sélectionneur des Lions A’
Ndtoungou Mpile parce que c’est difficile de travailler avec des garçons qui n’ont pas de compétition. C’est lors du championnat qu’il aurait pu observer les meilleurs avant de les appeler. Franchement, c’est très compliqué de préparer un tournoi comme le CHAN sans championnat. J’espère que les gens comprendront que ce staff travaille dans des conditions difficiles. Cependant, je pense que les gens seront surpris quand la compétition va arriver.

POUR SORTIR DE CETTE INTERVIEW, QUEL VŒU ÉMETTEZ-VOUS POUR 2021 ?

Mon vœu c’est que les lions gagnent tous leurs matchs en 2021. On a des échéances qui arrivent et il faudrait qu’on les remporte. Je souhaite aussi un bon CHAN au Cameroun. Il faut que notre pays gagne ce tournoi. Pour y arriver, il faut que tout le peuple soit derrière son équipe. C’est important que tout le monde soutienne cette équipe. Elle en a besoin pour aller loin.

 

Lions A’ : Le fighting spirit plus que jamais convoqué

Mercato : Jean Pierre Nsame vers la Fiorentina

Share This