Intervenant dans un live sur Instagram, le portier de l’Ajax Amsterdam a dénoncé l’attitude de Tombi A Roko Sidiki et ses anciens collaborateurs, qui auraient multiplié des représailles après sa décision de ne pas participer à la CAN Gabon 2017.

Depuis bientôt trois ans, Tombi A Roko Sidiki, l’ancien président de la Fédération camerounaise de football mène sa vie loin des milieux du football camerounais. Mais voilà qu’il vient d’être remis en selle d’une drôle de manière. L’ancien patron de l’instance faitière du football camerounais est pointé du doigt par André Onana, portier de l’Ajax qui l’accuse d’avoir voulu ternir son image auprès de son club, après qu’il ait décidé de ne pas prendre part à la Coupe d’Afrique des Nations Gabon 2017. Le gardien camerounais est revenu sur cet épisode de sa carrière lors d’une intervention dans un live sur Instagram

« Si c’était à refaire, je referais la même chose. La période là, j’étais 3e et c’était hyper important pour moi de rester. Si j’étais parti à la CAN, je ne devais pas jouer et Krul prenait ma place. Adieu André Onana… J’ai fait un choix de carrière et le temps m’a donné raison. C’était chaud, c’était compliqué. La fédération n’a pas bien joué le jeu. Ils n’ont pas été corrects. De très mauvais courriers ont été envoyés à l’Ajax. Ce sont des choses que je n’aimerais pas parler. Je ne vais jamais oublier ça. J’arrive au pays, mon papi est couché, ma mère m’attend à la porte en train de pleurer. L’équipe nationale c’est une réussite et toi tu arrives, on te renvoie pour indiscipline. C’est public ! Il y a les débats sur Crtv et Canal 2. L’histoire, il y a très peu qui la connaissent. On a tapé sur moi. « Il est indiscipliné ». Je suis allé voir le président de la fédération. Je lui ai dit que la situation ci va m’affecter en club. Même si la fédération ne peut pas sortir un communiqué, il faut qu’on me donne une lettre pour aller me justifier en club. On m’a reçu dix jours après. De 8 heures à 18 heures, je n’ai pas eu l’autorisation pour voir le président de la fédération. Il n’y a pas plus fort que ça. Ton pays te renvoie pour indiscipline. Au niveau sportif, c’est la magie. Le président était là mais il n’avait jamais le temps pour recevoir un joueur de l’équipe nationale. J’étais là, j’attendais. C’était dur ! Je pars voir Blaise Moussa, le SG, il me dit qu’il a rédigé mais le président doit signer. Dix jours, je suis au pays sachant partout au Cameroun que je suis un indiscipliné. Nos parents, ils sont des colons. Mon papa est colon à l’ancienne. Si la CRTV a dit, pour lui, c’est vrai. C’est l’Etat qui dit et mon père ne connait pas l’histoire qu’on peut manipuler les informations. Les médias au pays ont fini avec moi. Même mon père et ma mère me voyaient bizarrement. » A-t-il déclaré.

Amiens SC: Aurélien Chedjou désaxé par la relégation

Landry Nguemo décroche son premier poste d’entraineur

Share This