La mayonnaise n’a pas pris au sein de l’équipe des Lions indomptables A’ du Cameroun malgré plus d’un an de préparation pour le sixième championnat d’Afrique des nations. Au vu des performances proposées par l’équipe aujourd’hui, certains ne résistent pas à l’envie d’emprunter le titre du film réalisé par Claude Lelouch sorti en 1993 pour se demander : « Tout ça…pour ça !»

Ce qu’il faut dire c’est que, jamais une sélection nationale au Cameroun n’avait disposé d’autant de temps et de stages pour se préparer à une compétition, pour bâtir une équipe solide et compétitive. Yves Clément Arroga a effectué le gros de la préparation avant d’être débarqué au profit de Martin Ndtoungou Mpilé avec qui, le peu d’acquis s’est plutôt envolé. Le vieil entraineur l’a implicitement reconnu dans sa dernière interview après défaite (0-2) face à la Zambie. Apparu complètement abattu devant la presse, il déclare « je suis dépassé, je vais prendre une décision », laissant ainsi pressentir une envie de jeter l’éponge. Cette sortie s’apparente de toutes les façons à celle d’un général qui feint de déposer les armes au moment où progresse vaillamment l’ennemi. Un acte que l’on ne tolère pas sur le front de la guerre. L’attitude du sélectionneur des Lions A’ s’explique en effet par la pile de contre-performances enregistrées ces derniers jours. En cinq matchs amicaux, Jacques Zoua et ses coéquipiers n’ont pu obtenir que deux nuls, et concéder trois défaites. Brillant par une faible efficacité devant les buts : deux marqués contre cinq encaissés.

Le mini-tournoi dénommé Pré-chan disputé du 1er au sept décembre à Yaoundé est davantage venu attester du faible niveau de la sélection camerounaise devant des équipes au niveau de la compétition. Elle qui était jusqu’ici habituée à des
victoires contre des modestes formations locales qui attendent en vain la reprise des championnats professionnels.
Face aux réalités d’une préparation tumultueuse, Martin Ndtoungou veut tout de même croire que tout sera possible dès le 16 janvier misant sur le Fighting Spirit, connu comme une vertu des footballeurs camerounais face aux défis à relever.
L’esprit de lutte et de bataille est invoqué au bénéfice des Lions indomptables A ‘ pour désamorcer les signaux rouges d’une raclée au premier tour du Chan. Un sursaut d’orgueil et un dépassement de soi sont attendus dès le début de la compétition pour taire les sirènes du chaos et démentir les discours pessimistes qui prédisent une débâcle assurée. Ce Fighting spirit s’est récemment révélé porteur pour les lions U17 à la dernière Coupe d’Afrique de leur catégorie en Tanzanie et les U20 lors du tournoi de l’Uniffac à Malabo. Partis du Cameroun sans championnat, ces jeunes ont réussi l’exploit de
soulever les trophées mis en jeu. Pareillement en 2017 lorsque les Lions seniors ont éteint les pourfendeurs du chaos à la CAN 2017 en se hissant sur la première marche du podium au Gabon. La preuve que la volonté et l’engagement peuvent malgré tout briser les obstacles et transformer les plus sceptiques en soutiens. Il appartient donc aux Lions d’inverser

Kisito Eloundou : « les espoirs du Cameroun reposent sur les joueurs de Coton sport

Lions Indomptables : Les confidences de Ferdinand Makota

Share This