A quelques mois du CHAN 2021, l’équipe nationale A’ du Cameroun a encore du pain sur la planche. Le match amical disputé contre le Soudan du Sud samedi à Yaoundé, a encore fait ressortir une quantité industrielle de carences. Dans tous les secteurs de jeu, il y’a encore du boulot.

“Il y a encore énormément de travail. Le coach va encore évaluer, il va prendre le temps cette nuit et demain matin. Le connaissant un peu, c’est sûr que cette nuit, il ne dormira pas”. Comme l’a déclaré Emmanuel Mbang Kollo à l’issue du match amical Cameroun – Soudan (0-0), Clément Arroga serait insomniaque depuis samedi soir à cause de la bouillie que ses hommes ont servie au public du stade omnisports Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. Le sélectionneur lui-même, n’a pu masquer les failles de son équipe en conférence de presse. Comme quoi l’heure est grave. C’est que trop limités dans leurs efforts, Thomas Bawak Etta et ses coéquipiers sont complètement passés à côté. Le 0-0, obtenu devant une équipe soudanaise qui a mis plus d’engagement, de discipline et de sérieux dans son jeu, a fait ressortir une quantité industrielle de carences offensives et défensives.

Un mur à reconstruire 

Mercredi dernier, on a laissé la défense des Lions A’ sur une erreur monumentale qui a permis à la Panthère sportive du Ndé de s’imposer 1-0. Samedi, on a retrouvé une défense patraque malgré le turnover. La sélection soudanaise aurait pu marquer 3 à 4 buts dans ce match si son attaque était dans son assiette. Fébriles et poreux, Etame Ngombe et ses partenaires de derrière ont organisé une journée portes ouvertes qui, a régulièrement mis en danger le portier Junior Dande. Ce dernier a dû se mettre chiffon à plusieurs reprises, pour sauver sa cage. Sur les cotés, ni Thomas Bawak Etta  ni Serge Andoulo n’ont su tenir leur rang. Plusieurs fois déposés dans leurs couloirs, ils ont montré des signes d’essoufflement. Toutes ces  approximations invitent à trouver rapidement de vrais matériaux pour solidifier le secteur défensif.

Une mire à ajuster 

Si le résultat d’un match de football dépendait du nombre d’occasions de but ratées, les Lions A’ n’auraient fait qu’une bouchée de leur adversaire. Malheureusement, avec des attaquants qui souffrent d’une maladie chronique offensive, le Cameroun très infirme devant, n’a pu briser le signe indien qui hante son attaque depuis des lustres. En mettant sur le banc les attaquants qui ont débuté face au fauve du Ndé mercredi dernier, Clément Arroga croyait pourtant mieux faire. Mais il s’est rendu compte au finish que c’est du bonnet blanc, blanc bonnet. Il faut donc impérativement du sang neuf pour prendre la mesure de ces gros problèmes offensifs qui durent et perdurent.

Le milieu n’est pas en reste 

Etouffés et bousculés par de costauds soudanais, Ojong, Ebongue et Ndi alignés pour gommer les déchets de mercredi dernier, se sont complètement ratés. Sans idée et incapables de trouver des solutions alternatives lorsque les milieux soudanais les bouffaient, ils n’ont eu que leurs yeux. Ce comportement poussif de l’entrejeu camerounais n’a rien d’un événement. Depuis des lustres, ce secteur fait peine à voir sous le regard débonnaire d’un sélectionneur campé gaillardement dans une attitude de spectateur stérile.

Voilà donc autant de chantiers qu’il faut urgemment boucler avant le CHAN 2021. Sinon, gare aux gros coups de bambou et aux émeutes en janvier. C’est bien dommage qu’on soit obligé aujourd’hui, de repartir de zéro après de longs mois de préparation.

Crise FECAFOOT – LFPC : L’ACFAC n’y est pas allée avec le dos de la cuillère

Lions A’ : La liste des joueurs libérés

Share This