Les équipes de cette région du pays menacent de ne pas prendre part à la nouvelle saison si la situation de PWD de Bamenda  n’est pas clarifiée par la Fédération camerounaise de football.

Les clubs de la région du Nord-Ouest sont en colère. Dans un document de trois pages envoyé cette semaine à la Fédération camerounaise de football et portant les signatures des présidents de PWD de Bamenda, Yong Sport Academy et Foncha Street, le tout nouveau promu, ces derniers dénoncent un « stratagème mis en place pour écarter les équipes des régions du Nord-Ouest et du Sud-ouest de l’élite ». A l’origine de leur exaspération, la situation confuse dans laquelle se retrouve leur partenaire PWD. Relégué au terme des play-offs Down disputés la saison dernière à Limbe, une décision de la Commission d’homologation et de discipline de la Ligue de football professionnel les réhabilitait en juin au détriment des Astres de Douala. Les brésiliens de Bépanda ont entretemps saisi la Commission de recours de la FECAFOOT qui leur a rendu une décision favorable début septembre, permettant de revenir à la situation initiale. Sauf que cette décision de l’organe juridictionnel de la FECAFOOT n’a pas le mérite d’être totalement  claire aux yeux des dirigeants des clubs du Nord-Ouest d’autant qu’elle ne précise nulle part que les Astres de Douala regagnent leur place en Ligue 1.

« Récemment, la Commission d’appel de la FECAFOOT a rendu publique via les médias sociaux une série de décisions prises le 4 septembre 2019. Les décisions en question sont ambiguës. L’une d’elles (décision n ° 22 / FCF / CR / 2019) donne l’impression que toute la saison est annulée avec les conséquences que cela laisse, alors qu’une autre pourrait être interprétée comme si les Astres FC étaient maintenus en championnat, au détriment de PWD de Bamenda, mais sans le préciser (décision n ° 24 / FCF / CR / 2019) », fait savoir la lettre. La confusion des clubs du Nord-Ouest a été renforcée par une liste des clubs qui a circulé sur les réseaux sociaux, n’intégrant pas         PWD de Bamenda ainsi que sa non invitation à la cérémonie de remise des chèques aux clubs de Ligue 1, tenue récemment à la FECAFOOT. Selon les dirigeants des clubs du Nord-Ouest, derrière tous ces scénarios se cacherait un  complot pour « décapiter » les équipes de leur partie du pays.

Leurs préoccupations ne se limitent pas à ces clarifications attendues du Comité technique transitoire (CTT) chargé de diriger le football professionnel. Ils posent aussi le problème d’insécurité en évoquant des cas d’enlèvement enregistrés la saison dernière dans cette partie du pays (Ndoumbe Bosso, ex coach de Yong Sport et Augustin Tchoupo, ancien entraineur de PWD), ainsi que celui des infrastructures.   «Pour ajouter l’insulte aux blessures, la question des infrastructures sportives est une préoccupation majeure. Les conditions pour s’entraîner et jouer dans la région du Nord-Ouest laissent beaucoup à désirer. Dans le Nord-Ouest, il n’existe pas de stade répondant aux normes d’une cour de récréation, encore moins de terrains de football professionnel », laissent-ils entendre. Le cas de Bang Bullet FC de Nkambe, qui avait été privé de ses matchs à domicile à Nkambe la saison dernière, ce qui aurait favorisé sa relégation est également évoqué. Nos tentatives pour en savoir davantage sur cette affaire ont été vaines, tant du côté de la FECAFOOT que du côté des présidents de clubs du Nord-ouest. La présence de PWD dans la liste des clubs de Ligue 2 qui ont récemment reçu un chèque de la FECAFOOT a certainement permis de situer définitivement les plaignants. La réunion tenue avec tous les présidents de clubs jeudi à Yaoundé a certainement été aussi l’occasion de mettre tout au clair.

Ligue 1: Anye à la Panthère, Momasso, Ndame à New Stars… les dernières infos du mercato

Bamboutos de Mbouda : Le Comeback d’Arouna Dang A Bissene

Share This