Stéphane Mbia et le melon qui pousse.

Depuis l’éviction de Samuel Eto’o de la sélection nationale, le brassard a été remis au milieu de terrain du Trabzonspor, à l’époque pensionnaire du fc Séville. Un choix qui faisait l’unanimité de part ses performances et son caractère accrocheur, motivé et jusqu’au-boutiste sur le terrain. Il faut dire que Mbia avait surtout réussi a apparaître neutre dans la guerre des clans dont les chefs de files furent Samuel Eto’o et Alexandre Song. Deux ans plutard, Stephane Mbia ne fait plus l’unanimité. Le double champion d’Europe a le melon qui s’épaissit. Ostensiblement arrogant et prétentieux, Mbia multiplie les attitudes hautaines, et certains de ses coéquipiers ne démentent pas.

Cameroun-Nigéria; les questions qui fâchent.

En conférence de presse d’après match, un confrère s’est exprimé sur cet Etat de fait, accusant à demi-mots le capitaine de ne pouvoir assumer son brassard, tant il était peu rassembleur en dehors et sur le terrain. La question a été balayé par le capitaine qui s’est contenté de parler du jeu. Il faut dire que lors de cette rencontre, dès l’entame, Stephane Mbia n’a cessé de contester arrogamment les décisions de l’arbitre qui lui, ne s’est pas fait prier pour l’expulser à la première occasion malgré le contexte amical de la rencontre.

La veille de match, en fin d’entraînements au centre joli-bois à Waterloo, approché par un journaliste de lionindomptable.com, le capitaine des lions répondait laconiquement à nos questions jusqu’à ce qu’il soit confronté à une question gênante. Mbia a quité le micro sans mot dire, le regard méprisant, laissant en plan notre journaliste le micro tendu…fin d’interview! Quoi de plus méprisant pour un journaliste, de plus compatriote camerounais? La question était embarrassante certes, mais méritait mieux qu’une insulte:

“Cette saison, on dénombre beaucoup de camerounais évoluant en championnat turc; n’y a t-il pas un risque de voir baisser le niveau général de l’équipe nationale?”

Dans un Etat d’esprit d’humilité, nous imaginons bien que Mbia aurait simplement pu nous inviter à ne pas se méprendre au sujet du niveau du championnat turc. Tout comme avec un minimum de culture footballistique, nous aurait fait remarquer que de 1982 à 1990, années où le Cameroun a inscrit son nom en lettres d’or dans l’histoire du football mondial, en moyenne 60% des joueurs n’évoluaient pas en Europe.

Trop occupé à se contempler et s’admirer, le capitaine des lions gagnerait à moins se la ramener, simplement à respecter la presse, ses compatriotes, l’humain! Pour le bien de l’équipe et de la nation. Un navire ne saurait voguer avec un capitaine ivre.

Cameroun-Nigéria; Yves Clément Arroga: “tout sauf un match de foot”

Volker finke a été limogé

Share This