Après avoir suivi pas à pas les performances de l’équipe nationale A’ du Cameroun lors du pré-Chan, l’ancien entraîneur du Canon sportif de Yaoundé, fait une analyse froide du jeu des Lions A’.

Quels commentaires faites-vous des performances du Cameroun qui a terminé dernier du pré-chan ?

On peut considérer cela comme des signaux inquiétants mais en observant le dernier match contre la Zambie il y a eu beaucoup de modifications sur le dispositif en ce qui concerne l’animation du jeu. Sans oublier que c’est une équipe du Cameroun qui était dépourvue de certains éléments clés. Parce que l’ossature de ce groupe sera constituée des joueurs de Coton sport de Garoua qui sortent d’un match de Coupe de la CAF qu’ils ont au passage remporté. Vous savez que ce type de match se joue généralement en puissance et la récupération exigée est de 72 heures. Or, ça ne faisait que 48 heures qu’ils ont joué la coupe de la CAF et ne pouvaient donc pas être de la partie face à la Zambie à Yaoundé. Du coup, il y a des joueurs qui ont joué sans être des titulaires, contrairement à la Zambie qui avait six joueurs de l’équipe A et donc un groupe qui est assez costaud, assis tactiquement et qui a des arguments à faire valoir au niveau africain. Donc je crois qu’il faut garder confiance en l’équipe camerounaise, sans trop s’attarder sur vos statistiques qui démontrent que les Lions sont sortis la queue entre les jambes. Je pense que l’encadrement technique va tirer toutes les leçons qui s’imposent pour le Chan.

Donc l’absence des joueurs de Coton sport a été préjudiciable ?

Absolument ! Lorsque vous n’avez pas un championnat local ? Ceux qui étaient en face de nous ont un championnat qui s’est arrêté à la 12e journée le temps du Chan. Au Cameroun, on ne sait même pas quand le nôtre va commencer. Il n’y a que les joueurs de Coton sport qui peuvent nous aider avec les matchs en Coupe de la CAF qu’ils ont dans les jambes. Ils peuvent nous permettre d’avoir une certaine assise. Du coup, on se retrouve dans une histoire où on ne pourra pas supporter le rythme. Nous aurons des matchs tous les trois jours, il n’y a plus de temps pour une préparation dans le microcycle. On sera uniquement dans les séances de mise en place et de récupération. Il faut que les enfants suivent le rythme et gardent l’intensité, multiplient les séances de récupération. Quand vous n’avez pas de championnat, vous pouvez faire dix ans d’entraînement, vous serez rattrapés par votre manque de compétition. L’équipe du Cameroun nous interroge tous. Il faut toutefois compter sur elle en alignant les joueurs de Coton sport qui peuvent faire mieux que ce qui s’est passé à ce mini tournoi pré-Chan.

Avec les résultats de ce pré-chan, l’équipe est désormais sur une spirale de 5 matchs consécutifs sans victoire. N’est-ce pas inquiétant ?

Les garçons doivent être costauds dans la tête. Déjà, c’est une équipe qui a la grâce d’avoir des éléments capables de bouffer, d’aspirer la pression qui viendra de partout par rapport à la compétition. Vous avez des jeunes qui n’ont pas encore fait la haute compétition mais à côté des joueurs capés comme Yannick N’djeng et Jacques Zoua. Quand on a un vainqueur de la CAN 2017 dans le groupe, ça veut dire qu’il peut tirer le groupe vers le haut. Et puis le mental à toujours constitué le point fort du Cameroun. C’est quelque chose qui devrait à priori ne pas faire défaut à cette équipe. Peut-être aussi beaucoup de joueurs n’ont pas donné le meilleur d’eux par ce qu’ils craignaient une blessure qui pouvait les mettre hors du tournoi. Et donc ils se seraient réservés afin que lors du Chan, chacun puisse réellement prendre sa place. Dans ce cas de figure, on pourrait avoir une bonne bataille qui permettra à cette ossature de nous établir un bon équilibre dans le jeu.

Cauris Kuate : “Un fiasco se dessine”

Lions A’ : Le fighting spirit plus que jamais convoqué

Share This