Elu meilleur joueur de la Liga du mois d’octobre, Karl Toko Ekambi connait un début de saison fantastique avec Villarreal en championnat espagnol (5 buts). De passage jeudi à Douala, il a accepté de livrer son sentiment après l’obtention de cette prestigieuse distinction.

On s’attendant à une victoire face au Cap-Vert qui n’est pas une grande équipe sur l’échiquier du football africain. Qu’est-ce qui selon vous a occasionné ce « faux pas » ?

Je pense que le Cap-Vert, ce n’est pas une petite équipe comme les gens pensent, comme je peux l’entendre là maintenant, ils ont des joueurs qui jouent dans des grands clubs aussi, il ne faut pas négliger cela. Après, il faut savoir que certes, on n’a pas marqué de but mais on a dominé tout le match, on a essayé de marquer des buts, on n’a pas réussi. Ils n’ont fait que défendre. C’était un tout petit peu compliqué mais on va juste travailler pour changer la donne contre le Rwanda.

De cette équipe rwandaise, qu’est-ce que vous savez personnellement ? Est-ce que ce n’est pas un handicap que d’aller affronter une équipe que vous ne maitrisez pas ?

Je pense que toutes les équipes africaines sont devenues compliquées à jouer. On va être à l’extérieur, sur un terrain synthétique, ça va être compliqué. Ils vont nous attendre, je pense qu’ils vont avoir la même tactique que le Cap-Vert, c’est-à-dire défendre. Il va falloir trouver une solution comme le coach l’a dit, on va discuter avec lui demain pour trouver des solutions pour pouvoir arracher la victoire là-bas.

Si on doit sortir de la sélection, on parlera forcément de votre dernière distinction : meilleur joueur de la Liga du mois d’octobre. Qu’est-ce que ça vous a fait de recevoir cette distinctions surtout que vous êtes le premier camerounais à la recevoir et le deuxième africain après Cédric Bakambu ?

Ça m’a fait plaisir parce que c’est quand même dans le championnat espagnol qui est l’un ou le meilleur championnat du monde. Ça m’a vraiment fait plaisir, après, il ne faut pas que je m’arrête à cela, il faut que je continue à travailler pour pouvoir amener mon club le plus haut possible.

Pour votre deuxième saison, est-ce qu’on peut dire finalement que vous avez conquis l’Espagne ? Vous êtes déjà à 5 buts, pratiquement la moitié de ce que vous avez marqué la saison dernière. Peut-on dire que vous avez trouvé le secret finalement de ce championnat espagnol ?

Je m’adapte bien, c’est un championnat qui me convient, ça joue beaucoup au ballon, dans les pieds, avec beaucoup de joueurs techniques. C’est un championnat que j’apprécie, je me sens très bien là-bas et j’espère marquer encore beaucoup plus de buts.

Des objectifs personnels pour cette saison ?

Non, je n’ai pas d’objectif personnel. Mon objectif c’est de continuer à jouer dans cette équipe, faire le plus de matches possibles.

Rwanda-Cameroun: Le onze entrant avec Vincent Aboubakar

Vincent Aboubakar : « Je suis dans une période de renaissance »

Share This