Le passage de Samuel Eto’o dans une émission spéciale diffusée sur quatre chaines de télévision camerounaises (CRTV, Canal 2, STV 2 et Vision 4) jeudi soir continue de faire des vagues. C’est que, comme il en a l’habitude lors de ses interventions dans les médias, l’ancien capitaine des Lions Indomptables n’a pas manqué d’égratigner certaines personnes qu’il considère comme ses ennemis, alors qu’ensemble ils ont écrit les plus belles pages de l’histoire du football camerounais… allez comprendre ce paradoxe. La victime cette fois-ci n’est autre Patrick Mboma, son ex coéquipier en sélection.

Visiblement, l’ancien sociétaire du Qatar SC ne pardonnera jamais au consultant de Canal+ le fait d’avoir remis en cause le choix porté sur Clarence Seedorf (par Eto’o, dit le grand vizir himself) pour prendre la tête de la sélection camerounaise.  « J’ai reproché à Patrick beaucoup de choses dont la manière de faire… Vous ne pouvez pas critiquer un sélectionneur en disant qu’il n’a pas assez d’expérience pour être sélectionneur de l’équipe nationale du Cameroun et vous, quelques temps plus tard, sans expérience, vous venez déposer votre candidature. Il y a quelque chose qui ne va pas. L’intérêt est où ? » A-t-il mitraillé en direct à la TV.

N’étant pas un homme à se laisser être la victime expiatoire, c’est un par célèbre proverbe que l’ancien joueur du PSG a réagi à cette (première ) charge et répondu à son ancien acolyte de la sélection fanion: « le chien aboie, la caravane passe », a-t-il écrit sur son compte Twitter officiel pour montrer son indifférence face aux propos moralisateurs du grand 9 dit le grand vizir.

Nous pensions que le duel à distance était clos par un match nul mais c’était sans compter la tenacité de Samuel Eto’o et surtout quand il faut « se rouler au sol ». Il n’a donc pas hésité à revenir à la charge, rétorquant dans un ton presque ironique toujours par le canal de Tweeter. « Apparemment, la caravane a eu un moment pour faire un commentaire. Mon conseil reste valable. Savoir te fermer la bouche »,

Aie aie aie…nouveau but du pichichi 2-1 balle au centre. Et c’est alors que dans le temps additionnel des réseaux sociaux, devant un public en haleine, Patrick “MAGIC” Mboma sort le grand jeu… en convoquant les statistiques des grandes compétitions (Can-JO 200-2002) où nos deux golleadors avaient brillé ensemble et généré une gloire éternelle aux Lions indomptables du Cameroun.

Ne dit-on pas souvent que les chiffres parlent d’eux-mêmes et ne mentent jamais. Ainsi comme dans l’allégorie du berger et de la bergère, le bergé “MBOMA” a eu le dernier mot. Et sans doute clos ce débat stérile. Les faits comme l’histoire sont décidément têtus… fin de citation.

CHAN 2010- CAN 2021: Constant Omari star d’un soir dans un cabaret de Yaoundé

Share This