Le juriste Georges Ameké fait une analyse froide de la décision du comité exécutif de la Fecafoot retirant l’organisation des championnats à la LFPC.

« C’est une faute que la Fécafoot vient de commettre. Parce qu’en réalité nous sommes dans une situation exceptionnelle où il faut vider un mandat en cours. Il n’y a pas d’agrément qui lie la Fécafoot à la LFPC. Nous ne sommes pas dans un mandat nouveau. On est dans un mandat ancien qui a commencé sous les auspices d’un agrément, d’une convention au moment où tout se passait bien. Nous sommes là dans l’achèvement d’un mandat qui a malheureusement été écourté. Le fait pour la Fécafoot d’auditionner le président de la Ligue peut donner l’impression d’une démarche nécessaire alors qu’en réalité elle était déjà dans une logique bien arrêtée à l’avance. Les demandes d’explication adressées à Coton sport et Panthère du Ndé ne s’expliquent pas également. Parce que la fédération a refusé de donner des arbitres à la Ligue. C’était une entrave à l’exécution des missions de la LFPC. Et là, on est dans un refus d’appliquer la sentence du Tribunal arbitral du sport qui a réhabilité la Ligue. Le fait de suspendre la Ligue est une volonté qui s’affichait depuis longtemps ».

Amical : Les lions À tenus en échec

Benjamin Amenda : “Il n’y a pas eu retrait d’agrément à la Ligue”

Share This