C’est avec le sourire aux lèvres que Gaelle Moudio Ndedi s’est prêtée à notre jeu de questions-réponses après la belle victoire des Lions Indomptables face au mozambique (4-1).

Êtes-vous satisfaite de cette victoire ?

Oui, il y a de quoi se réjouir quand on sait le contexte dans lequel s’est disputée cette rencontre avec le Covid-19 qui nous oblige à avoir une stade sans public. Malgré tout, ls ont quand même trouvé les ressources pour nous produire une rencontre plutôt pas mal. Ca date, la dernière fois qu’on a marqué plusieurs buts dans une rencontre. Donc moi, je suis satisfaite du spectacle.

L’absence du public n’a pas eu d’impact. N’est-ce pas ?

Tout le monde aime avoir le public. D’ailleurs, c’est démontré scientifiquement que ça fait monter la testostérone chez les joueurs. C’est l’hormone de la motivation et de la force de gagner. La virilité (rire).

Un joueur vous a particulièrement marqué ?

Oui, il le retour en puissance de Vincent Aboubakar. Le brassard lui va si bien. Il faut noter que c’est lui qui le porte ce soir. On voit bien que ça décuple son énergie. Il était resté longtemps blessé et il n’a pas beaucoup eu l’opportunité ces derniers temps de porter cette tunique vert-rouge-jaune. Il revient et montre qu’il a toujours envie de servir le pays. Quand vous regardez même ses célébrations, ça montre son attachement. On sent que ce maillot lui a manqué et les deux buts c’est la matérialisation de cet attachement. Je suis contente qu’il revienne à ce niveau et contente aussi qu’il sorte rapidement parce qu’on a besoin de lui pour les autres échéances. Il ne faut donc pas trop l’exposer.

Sur le plan offensif, il y a eu beaucoup de bonnes choses. N’est-ce pas ?

Oui, on a une brochette de joueurs qui commence à mûrir, qui commence à acquérir une certaine cohésion dans le jeu ensemble. Ils se trouvent facilement, ils se comprennent, c’est difficile à construire. Mais on a des gens qui sont là pour nous faire plaisir. Njié Clinton est entré et a marqué, Oyongo Bitolo je l’ai trouvé très offensif, on a Zambo Anguissa qui n’a pas hésité à s’engager offensivement, Vincent Aboubakar qui confirme, Toko Ekambi dont on note beaucoup d’envie, Bassogog aussi. Cette envie nous a beaucoup manqué. Il ne suffit pas simplement d’être là, il ne suffit pas d’être sur le terrain, il faut montrer cette niaque qui nous caractérise. C’est très beau de voir que tout le monde s’impliquer de la sorte et de voir aussi qu’entre eux ça se passe de plus en plus. Je crois qu’il y a de belles choses qui se peaufinent si on reste sur cette lancée.

Et les jeunes… 

Pour nous qui sommes à Douala et qui avons vu le jeune Mbaizo à l’Union de Douala, c’est une fierté toute particulière de le voir trouver sa place dans cette équipe des Lions indomptables. Je suis très émue quand j’évoque cela. La paire Moukoudy-Castelleto c’est une nouveauté. On se demande même où ils étaient avant. Surtout il ne faut pas changer, ils ont offert un très beau spectacle aujourd’hui. Ils se trouvent facilement, ils se positionnent de façon très complémentaire. On n’a pas eu ce sentiment d’inquiétude qu’on a souvent. C’est très rassurant leur manière de jouer tous les trois. J’espère qu’on va leur redonner l’opportunité de jouer ensemble plus souvent pour roder encore plus cette complicité.

 

Cameroun – Mozambique (4-1) : Ce fut une belle inauguration

Julien Mette (Djibouti) : “On est très loin du Cameroun”

Share This