Le Président du Conseil d’administration de l’Union sportive de Douala parle de ses recrues et des ambitions du club cette saison.

Président, l’an dernier, vous disiez : « on laisse des effets d’annonce aux autres, on fait avec des jeunes et cette année, on voit beaucoup de joueurs, de nouveaux, n’est-ce pas un aveu d’échec par rapport au plan de l’année dernière et deuxièmement, c’est quoi le plan de cette année ?

Non, ce n’est pas un aveu d’échec, c’est un réajustement par rapport à ce que nous avons vu. Vous savez très bien que nous avons eu des difficultés avec une équipe qui était pourtant brillante à la fin de la phase aller et qui s’est retrouvée à jouer les play-down de la relégation. Avec des problèmes administratifs sur lesquels je ne voudrais pas revenir. On a tiré les leçons pour que quel que soit le problème, quelle que soit l’adversité, qu’on puisse être au-dessus.
Nous sommes un grand club, on ne peut pas avoir une autre idée que de gagner tous les matches. Maintenant, si ça ne marche pas, c’est le foot. Mais on fait tout pour gagner tous les matches, on ne change pas d’idée d’année en année. C’est Union de Douala, on est un club qui se respecte et on doit être au-devant de la scène et ça fait longtemps qu’on ne l’est pas.

Avec Assana, Baliang, Anteh, Andoulo et plusieurs autres joueurs, on peut dire que vous avez réussi votre recrutement. C’est déjà rassurant pour aller à la conquête de vos objectifs ?

Il y en a d’autres (rire…) Vous savez tout ça, c’est sur le papier. Il faut que tout ce que nous avons sur le papier se transforme en réalité sur le terrain. Mais on a une équipe qui est beaucoup plus forte que celle de l’année dernière, puisqu’on a conservé la grande partie de l’effectif de l’année dernière. On l’a remplacé. Au départ, on pensait faire simplement cinq ou six recrutements maximum 7 parce qu’on était dans la logique de jouer les play-offs qui est une compétition qui allait être beaucoup plus courte. Mais à partir du moment où on revient à un championnat intégral avec 34 journées, il fallait avoir un effectif qui nous permette de tenir la route en maintenant le même degré d’exigence, de compétitivité et de qualité. C’est pour ça qu’on a été encore obligé de réajuster encore notre politique de recrutement. Mais les objectifs restent les mêmes pour une équipe comme la nôtre. Maintenant, vous pouvez tout planifier et après, ça donne un autre résultat. Nous l’administration, qu’est-ce qu’on peut faire ? On met les joueurs sur le terrain, on les donne au staff technique et puis, après, c’est le sport hein… Au début du championnat, tout le monde à zéro point. A la fin, il y en qui descendent, il y en qui restent en première division et il y en qui gagnent des titres.

Si vous aviez un message à adresser aux supporters et sympathisants de l’USD, que leur diriez-vous ?

Notre message, ils l’auront le 13. Nous avons notre assemblée générale le 13 octobre au Byblos, à laquelle la presse est d’ailleurs invitée, ils auront le message. Je ne transmets pas les messages aux supporters à travers les médias. Nous on communique en interne. Nous faisons des réunions avec nos comités de soutien et c’est là où nous partageons les informations importantes sur l’équipe. Nous avons un relais de communication avec les supporters.

Est-ce que tout se passe bien avec le Comité technique transitoire (CTT) ?

Le Comité technique transitoire a juste eu une séance, nous attendons et nous pensons qu’ils vont travailler en bonne intelligence avec la fédération. Nous avons choisi nos deux représentants. Ils vont nous rendre compte de leurs travaux. Tout ce que nous voulons, c’est avoir les moyens de faire une bonne compétition, c’est tout.
La Rédaction

Union sportive de Douala : Des recrues de taille pour une saison pleine d’ambition

LIGUE 1: Un quatuor pour faire décoller Avion FC

Share This