La dernière missive de la Confédération Africaine de Football (CAF) aux différentes fédérations nationales, met la FECAFOOT dans un sacré embarras.

Les championnats locaux étant interrompus depuis le 17 mars dernier, la fédération camerounaise de football n’a toujours pas pu relancer pour évacuer les dernières journées en raison du coronavirus qui continue de gagner du terrain au Cameroun. L’instance faîtière du football continental exige des fédérations (ultimatum jusqu’à ce mardi 5 Mai 2020) les informations sur la situation actuelle de leurs ligues et coupes nationales respectives ainsi que les stratégies envisagées pour finaliser ces compétitions, terminées ou annulées. Quels choix s’offrent alors à Seydou Mbombo Njoya et son Comité Technique Transitoire (CTT) à 6 journées de la fin de l’Élite One et 3 seulement de la fin de saison en Élite Two. Des acteurs et observateurs de prononcent.

Ce qu’il faut dire d’emblée, c’est que si la FECAFOOT procède à l’arrêt du championnat à 6 journées de la fin, ce ne sera pas de son gré, ça sera imposé par la situation sanitaire actuelle. Face aux injonctions de la CAF aux fédérations nationales qui devront rendre leur copie en vue de la prochaine saison, la FECAFOOT devra prendre une décision assez complexe. Si certains évoquent la possibilité des play-offs, il faut dire que tant que la pandémie n’est pas véritablement maîtrisée, il sera impossible de le faire. Ne pouvant pas jouer dans une situation normale, il est judicieux pour la Fédération Camerounaise de Football de procéder comme l’on fait les grands championnats européens (comme la France). C’est à dire qu’elle doit tenir compte du ratio nombre de matchs, nombre de points pour établir un classement général. ” affirme le journaliste de sport Sylvain Kwambi (Press-sport.com). Pour Anicet Koung entraîneur de Renaissance de Ngoumou (club bien placé pour la remontée en Élite One), la Fédération Camerounaise de Football doit connaître la position du gouvernement avant de se prononcer. ”Pour moi la réponse de la FECAFOOT à la CAF devra dépendre du gouvernement. Quoi qu’il en soit, tout ce qu’on va faire dépendra du gouvernement. Nous sommes en pleine pandémie, le gouvernement va d’abord mesurer l’ampleur avant de voir si l’on va reprendre. De voir si en reprenant ca ne va pas exposer les joueurs à la maladie.
Pour l’option à choisir, la FECAFOOT peut mettre un terme à la saison en s’appuyant sur un classement général fait de ratio matchs nombre de points obtenus ou saison blanche
.”

D’autres critères pourraient bien compliquer la tâche à la FECAFOOT alors que le délai va bientôt expirer. Des détails ”non – négligeables ”. ”Il faut également tenir compte des différentes sentences. Il ne faut pas l’oublier. Quoi qu’on dise, il y’a New Star de Douala qui attend une décision du Tribunal Arbitral du Sport. Il y’a Astres de Douala qui a eu gain de cause pour remonter en Élite One, comment le CTT va réussir à intégrer tout ca? Surtout si New Star de Douala a gain de cause du côté de Lausanne. Astres de son côté a déjà eu la garanti du CTT d’évoluer en division supérieure malgré tout (déjà leader d’Elite Two avec 48 pts en 24 journées, ndlr…). Il faut prendre en compte des paramètres.’‘ Renchérit le jeune technicien Anicet Koung.

Pour l’heure, aucune réunion du CTT et les clubs impliqués n’est à l’ordre du jour alors que la CAF est impatiente. Elle qui veut déjà se projeter sur la prochaine saison de compétitions africaines inter-clubs. Et pour celà, elle doit avoir une lecture large ses championnats locaux et coupes respectives pour les enregistrements des équipes et des joueurs.
Au Cameroun, les chances de reprise sont minces vue la situation. Il faut aller au delà du 1er Juin date hypothétique fixée par le gouvernement pour la reprise des classes. Des interrogations fusent de partout, PWD de Bamenda sera t’il le nouveau champion du Cameroun? Qu’adviendra-t-il du système de promotion et de relégation? Play-Offs ou saison blanche? Le voile sera levé au lendemain du 5 Mai 2020.

Fecafoot: L’ancien président Iya Mohammed dans un état critique?

Subvention aux clubs : Le foot amateur, le parent pauvre !

Share This