Le président de la Fédération internationale de football association a déroulé une série de proposition lors d’un séminaire tenu le week-end au Maroc sur le développement des compétitions et des infrastructures du football africain.

Présent au Maroc le week-end dernier à l’occasion d’un séminaire sur le développement des compétitions et des infrastructures du football africain, Giani Infantino le président de la Fédération International de Football Association (FIFA) a déroulé une série de propositions qu’il juge pertinentes pour le développement du football africain. Devant le Président de la CAF et les autres membres du Comité exécutif, les délégués des 54 associations membres, des légendes du football africain, des représentants du secteur bancaire international et de celui de l’investissement et les journalistes, l’ancien secrétaire général de l’UEFA a appelé à une grande mobilisation des acteurs du football africains pour exploiter pleinement son potentiel. « Notre objectif doit être de placer le projet Football africain au centre du monde. Depuis des années, nous parlons du développement du football africain. Pelé a dit un jour qu’une équipe africaine finirait par remporter la Coupe du Monde de la FIFA. Pourtant, sa prédiction ne s’est pas encore réalisée et tout indique qu’il reste du chemin à parcourir. Aujourd’hui, le moment est venu d’avancer dans la bonne direction. », A déclaré le patron du football mondial.

Infantino a ainsi dressé  le constat d’un football africain à la traine, tant sur le plan de la croissance que sur celui de l’expansion.  Ce qui visiblement le désole et l’amène une nouvelle fois à dérouler la thérapie qu’il juge adéquate pour sortir le sport roi de l’ornière en Afrique. Il y a en premier lieu le développement de l’arbitrage, avec une ambition de créer un groupe d’arbitres professionnels de niveau élite qui seront indépendants des organes administratifs et politiques. « On va prendre les  meilleurs arbitres africains, on va les salarier. On va dépolitiser, on va professionnaliser l’arbitrage en Afrique », déclarait-il lors de sa visite à Kinshasa, à l’invitation du Président du Tout Puissant Mazembe, Moïse Katumbi. Deuxième aspect qui tient à cœur Infantino, le développement des infrastructures, d’où l’ambition de la FIFA de mobiliser des chefs d’entreprises et des sociétés pour mobiliser environ  1 milliard de dollars en vue de construire au moins un stade conforme aux exigences  de la FIFA dans chaque pays du continent.

Retenir les meilleurs talents africains sur le continent constitue une autre importante préoccupation. Giani Infantino, pour régler le problème pense à la mise sur pied de la « Ligue Africaine », qui permettra de rassembler les 20 meilleurs clubs africains autour d’une compétition. « Une telle Ligue peut générer au moins 200 millions de revenus, ce qui le placerait dans le top 10 mondial, du jour au lendemain », assurait le patron de la FIFA lors de son passage en RDC.   Dernière proposition majeure, le changement de la périodicité de la CAN. Infantino est favorable à une CAN tous les quatre ans, contrairement aux deux ans actuels. «Je propose d’organiser la Coupe d’Afrique des Nations tous les quatre ans au lieu de tous les deux ans pour la rendre plus commercialement viable et attrayante au niveau mondial », a-t-il indiqué. Cette dernière suggestion est en effet une nouveauté. Contrairement aux autres propositions, celle de jouer la CAN tous les quatre ans n’avait pas été évoquée lors de sa précédente sortie à Kinshasa.

Réforme : Vers une Coupe d’Afrique des Nations tous les quatre ans ?

Développement des infrastructures : Gianni Infantino promet l’appui de la FIFA

Share This