La présentation des comptes de la fédération par Seidou Mbombo Njoya au cours de la session extraordinaire de l’assemblée générale de l’instance, le 26 juillet 2019 a laissé interrogateurs  plusieurs acteurs du football camerounais.

Le marasme qui sévit dans les  caisses de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) semble avoir atteint un niveau insoutenable. En témoignent les chiffres présentés par Seidou Mbombo Njoya à l’occasion de la session extraordinaire de l’assemblée générale de l’instance tenue le vendredi 26 juillet 2019. Des comptes aussi bien surprenants qu’inquiétants qui font craindre une banqueroute imminente.  « Quand tu prends les chiffres, on te dit que le compte FECAFOOT-FIFA est débiteur d’au moins deux milliards quatre cent ou sept cent millions. Quand on était de l’autre côté récemment (début décembre 2018, Ndlr) avec la représentante de la FIFA qui était là avec un autre monsieur, ils avaient donné un relevé de compte où il y avait encore de l’argent. Comment subitement, il devient débiteur de plus de deux milliards ? Et avec la CAF, il est créditeur de 538 millions alors qu’il a perçu les deux milliards et poussière représentant la prime de vainqueur de la CAN de 2017 », s’étonnait un délégué au sortir de l’AG.

Le budget de la fédération pour l’année 2019 a été arrêté en recettes et en dépenses à la somme de 6 101 767 126 Francs CFA pour l’exercice allant du 1er janvier 2019 au 31 décembre. Mais le déphasage constaté entre les deux états évoqués par notre interlocuteur interroge. Autant on peut se demander où est subitement passé cet importante somme  d’argent que l’ex président du Comité de Normalisation, Maitre Dieudonné Happi se targuait d’avoir laissé dans les caisses de la Fédé, autant on peut également interroger  la véracité des chiffres présentés par l’avocat d’affaire qui a toujours voulu passer pour un « Monsieur propre » malgré ses multiples casseroles évidentes.

Quoiqu’il en soit, les lendemains semblent moins enchanteurs du côté de Tsinga dont les salariés ressentiraient déjà les effets de cette mauvaise santé financière. « Bientôt, vous allez même apprendre qu’ils sont incapables de payer les factures d’électricité », ironise un acteur du football camerounais, visiblement bien au fait de ces grandes difficultés de trésorerie. Plusieurs défis attendent pourtant l’instance avant la fin de l’année. Parmi lesquels la participation des Lions Indomptables U17 au Mondial Brésil 2019 en novembre, le financement des compétitions nationales et autres allocations financières attendues par les Ligues décentralisées.

Dans un contexte où la Fédération n’attend pas d’importantes ressources financières de la CAF et de la FIFA cette année, l’on peut comprendre la décision de l’exécutif de brader le maillot des Lions Indomptables à l’équipementier français Le Coq Sportif pour 329 millions de Francs CFA en six mois ou de se lancer dans la commercialisation des rames de papiers à travers le projet « Lions Papers ». La principale entrée financière jusqu’ici a été  récoltée auprès d’Orange Cameroun et les Brasseries du Cameroun qui devront désormais reverser pas moins d’un milliard de Francs CFA chaque année, à la faveur du renouvellement de leurs contrats avec la FECAFOOT opéré récemment.

FECAFOOT-LFPC : Une nouvelle guerre aura lieu

FECAFOOT : Scandale autour de l’attribution du marché de construction du nouveau siège

Share This