La Fédération camerounaise de football vient de mettre sur pied une Commission ad-hoc chargé  d’examiner les conditions et modalités de poursuite et d’achèvement des travaux de construction de cet immeuble. Seulement, le budget annoncé pour l’achèvement des travaux décèle pas mal d’incongruités.

Initié par l’ancien président de la Fédération camerounaise de football Iya Mohammed, le nouveau siège de la Fédération camerounaise de football n’a toujours pas vu le jour, près de 7 ans après le démarrage des travaux. Le chantier en cours au quartier Warda est à l’abandon depuis plusieurs années. Les dirigeants qui se sont succédé à la tête de l’instance faitière du football camerounais l’ont toujours présenté au rang des projets prioritaires. Sauf qu’ils ne se sont limités qu’à des discours et des descentes sur le site effectuées à grand renfort de publicité. Au cours de ses deux années passées à la tête de la FECAFOOT, Tombi A Roko Sidiki avait à peine affiché un intérêt à conduire ce chantier à terme. Son successeur, Seidou Mbombo Njoya voudrait quant à lui entrer dans l’histoire comme le dirigeant fédéral qui aura rendu matériel ce joyau censé renforcer le prestige de l’institution qui gère le football camerounais.

Au cours de la réunion du Comité exécutif de la fédération tenue le jeudi 25 juillet 2019 à Yaoundé, les dirigeants de l’instance ont convenu de la mise sur pied d’une Commission ad hoc chargé d’examiner les conditions et modalités de poursuite et d’achèvement des travaux de construction de cet immeuble. Commission à la tête de laquelle trône un certain Joshua Osih, deuxième vice-président de la FECAFOOT et par ailleurs député du Social Democratic Front (SDF) à l’Assemblée Nationale. Les trois autres membres de cette équipe se nomment Flagel Ndjanda Saha, Mvogo Saint Fabien et Nsangou Nkoma Mohamma.

La réunion de la session extraordinaire de l’assemblée générale de la Fédération camerounaise de football tenue le vendredi 26 juillet 2019 a permis aux délégués venus de toutes les régions du Cameroun d’en savoir davantage sur les mesures prévues par Seidou Mbombo Njoya et ses pairs autour de cet important projet. Ils sont dans leur majorité tombés des nues en apprenant les chiffres exorbitants que l’on s’apprête à mobiliser pour cet ouvrage qui a déjà englouti presque tout le budget initial du projet, sans que les travaux n’avancent convenablement.

« Ils avaient un financement d’un milliard et quatre cent millions. L’entrepreneur (Guimar Cameroun S.A, NDLR) qui a commencé les travaux a utilisé 967 millions sans terminer les travaux qui n’avaient avancé qu’à 60%. Aujourd’hui, ils veulent repartir avec ce monsieur, lui rajouter près de deux milliards quatre cent millions… Je me suis demandé si les gens qui étaient là y comprenaient même quelque chose », s’offusque un délégué. Beaucoup se demandent dès lors quel a été l’intérêt pour Seidou Mbombo Njoya et ses collègues de maintenir le même maitre d’œuvre qui pourtant n’a pas jusque-là rendu une bonne copie, qui plus est avec un budget revu considérablement à la hausse.

« C’est assez surprenant quand même », reconnait sous anonymat un proche du Président de la FECAFOOT. Si certains d’observateurs soupçonnent des chiffres destinés à maquiller les comptes de l’instance en proie à un sérieux marasme, d’autres évoquent un possible système de rétro-commissions mis en branle autour de ce dossier onéreux. Les semaines ou les mois avenir permettront d’avoir de meilleures pistes de compréhension.

FECAFOOT : Vers une crise financière sans précédent?

UNIFFAC : Gustavo Ndong « Le plus important c’est les compétitions jeunes »

Share This