Les membres de la Fédération camerounaise de football sont réunis en assemblée générale extraordinaire depuis ce vendredi matin à l’hôtel Mont Febe de Yaoundé. Une rencontre qui s’annonce électrique au regard des nombreux points de divergences à l’ordre du jour.

Initialement prévus à partir de 10 heures, c’est finalement vers 11 heures et demie que les travaux de l’Assemblée générale extraordinaire de la Fédération camerounaise de football ont effectivement démarré. Arrivés au compte goutte, les délégués venus de toutes les régions du Cameroun ont d’abord perdu beaucoup de temps dans d’interminables conciliabules par petits groupes avant de regagner timidement la salle.
Visiblement, compte tenu du caractère hautement sensible des sujets à l’ordre du jour, les membres du Comité exécutif (Seidou Njoya, Gilbert Kadji, Alim Konate, en tête) continuaient le travail de lobbying pour rallier le plus grand nombre de délégués à la cause qu’ils entendent défendre, tandis qu’en face, il s’agissait pour les “mécontents” de renforcer la vigilance.

C’est qu’en réalité, toutes les conditions sont réunies pour que les travaux se déroulent dans une atmosphère tendue. Plusieurs points à l’ordre du jour fâchent et certains délégués n’ont jamais caché leur sentiment. Ils perçoivent par exemple dans les projets de modification des textes et statuts de la FECAFOOT et des Ligues décentralisées et spécial proposés pour adoption, une volonté de mettre un terme à l’autonomie des organes décentralisés de l’instance. “Ils veulent nous faire reculer de plus d’une vingtaine d’années. Même à l’époque d’Iya Mohamed, les choses ne se passaient pas comme ça. Ça montre une volonté de tout centraliser et de tout contrôler depuis l’exécutif fédéral”, s’est insurgé un délégué du Littoral.

D’ailleurs, dès l’entame des choses sérieuses, Arouna Gambo, un des délégués de l’adamoua a donné le ton de la chaude empoignade qui s’annonce inévitable, en sollicitant entre autres le retrait du point relatif à la modification des textes de la Ligue de football professionnel du Cameroun dont le président déjà absent de la réunion du Comité exécutif de la veille, avait déjà déserté la salle après les cérémonies protocolaires, de l’ordre du jour. Seidou Mbombo Njoya n’aurait pas souhaité que cette scène se déroule en présence des journalistes puisque c’est à ce moment précis qu’il a exigé la sortie de tous les représentants des organes de presse de la salle.

Socrate Kennedy

FECAFOOT : Vers un Comité exécutif électrique

LFPC : Comment la FECAFOOT veut pousser le Général Semengue à la sortie

Share This