L’ex patron du football camerounais dénonce une volonté affichée de ternir son image.

Débarqué de la tête de la Fédération camerounaise de football par la FIFA en août 2017, Tombi A Roko Sidiki avait préféré garder le silence jusque-là et observer les affaires du football camerounais à distance. Mais sa radiation à vie par la Commission d’Ethique de la fédération, intervenue le 11 juillet 2019, a finalement donné à l’ex patron du football camerounais, l’occasion de sortir de ce long mutisme. A travers son avocat, Me Sylvain Rodrigue Ambomo, il dénonce une décision prise en violation des règles de la FIFA, de la CAF, de l’UNIFFAC et de la FECAFOOT. Cette décision traduit la “volonté affichée des exécutifs successifs depuis la dernière normalisation de ternir son image”, relève Me Ambomo dans sa mise au point. “Aussi, ajoute-t-il, nous nous réservons le droit de laver son honneur et sa dignité que l’on tente injustement de bafouer par l’exercice de toutes actions judiciaires idoines prévues par la loi”.

Sanctions à têtes chercheuses : Comment la FECAFOOT veut distraire l’opinion !

CAF: Maitre Dieudonné Happi se positionne

Share This