L’ancien ailier des Lions Indomptables pense que le football camerounais n’est pas dans des meilleures conditions et la classe dirigeante n’est pas la meilleure.


Dans un Facebook Live fait sur la page de nos confrères d’Afrik’s Sport jeudi dernier, Bernard Tchoutang est revenu sur plusieurs sujets notamment celui concernant le football camerounais. Le champion d’Afrique 2000 a parlé sans langue de bois, comme à son habitude. Interpellé sur le sujet du football camerounais, Bernard Tchoutang qui vit une retraite paisible en France n’est pas passé par quatre chemins pour affirmer que le football camerounais actuellement n’est pas dans des meilleures conditions. Et d’après lui, c’est la conséquence logique de la présence de la classe dirigeante qui, selon lui, n’est pas la meilleure. « Le football camerounais n’est pas dans les meilleures conditions. Vous le savez tous, je ne veux pas revenir dessus. Vous savez aussi que la classe dirigeante au niveau du football n’est pas la meilleure. Moi, je suis quelqu’un qui dit ce qu’il pense. Parfois, les gens ne me comprennent pas bien, parfois, on estime que j’ai une grande gueule. Mais je préfère dire les choses mêmes si ça va blesser les gens mais au moins c’est sincère », a-t-il asséné d’entrée. Bernard Tchoutang souhaitait voir à la tête de l’instance faitière du football camerounais Joseph Antoine Bell, le candidat malheureux de la dernière élection à la présidence de la fédération camerounaise de football. Le passé de l’ancien gardien de but des Lions Indomptables aura été d’un atout considérable pour faire bien fonctionner les choses à la fédération et sur le terrain. « J’aurais voulu qu’à la fédération camerounaise de foot, ce soit Joseph Antoine Bell. Je l’ai dit en mondovision, sans me cacher. Je n’ai pas été d’accord avec le vote qui a été fait mais c’est un choix. On le respecte mais j’aurais voulu que ce soit Joseph Antoine Bell parce que je pense qu’il a la compétence, il a la qualité pour », a-t-il confié. Comme pour dire que Joseph Antoine Bell a la compétence, ce qui ne serait pas le cas, à son goût, pour Seidou Njoya. « Il y a une équipe dirigeante, on respecte. Moi j’espère qu’ils vont faire un bon travail. Pour le moment, il n’y a pas de résultats, pour le moment, c’est plus ou moins en dents de scie », a ajouté Tchoutang.


L’ancien joueur de Roda JC invite Samuel Eto’o à couper court ou à confirmer les rumeurs qui lui prêtent le rôle de vrai président de la FECAFOOT. C’est un secret de polichinelle que de dire que l’ancien attaquant des Lions Indomptables a apporté, lors des élections, son soutien à l’actuel président de la fédération. Mais quant à dire que c’est lui qui en est le vrai patron, il ne l’a jamais nié ni confirmé. « Au Cameroun, on aime bien diriger, on aime bien faire les choses sans prendre des postes, on aime bien faire les choses en arrière. Je ne sais pas à quel degré de niveau, Eto’o gère la Fecafoot ou pas. Franchement, je ne sais pas à quel degré. Mais selon ce qui nous revient des gens qui sont autour du football, il a la mainmise. Mais je suis quelqu’un qui aime parler des faits. Mais s’il a la mainmise, en tant que professionnel, avec tout ce qu’il a vécu dans sa carrière sportive. Je pense qu’il peut faire mieux, je suis sûr qu’il va faire mieux. Mais encore, il faut qu’il le fasse et qu’il déclare que je le fais. Mais gérer dans le noir, ce n’est pas gérer. Il faut s’afficher, il faut prendre la responsabilité. Mais si on fait les choses sans vraiment s’afficher, c’est dangereux. C’est ce qui se passe aujourd’hui. Même s’il ne le fait pas, certaines personnes ont tendance à penser que c’est lui qui le fait, a raconté l’ancien ailier des Lions avant de préciser. A sa place, je serais sorti et dire que moi je gère ou je ne fais rien. Mais s’il ne le fait pas, c’est son choix. »

COVID-19: La FECAFOOT va recevoir une aide financière de la FIFA

CAF Champions League : le Cameroun parmi les plus présents aux demi-finales

Share This