L’instance faitière du football camerounais a annoncé avoir renouvelé cette semaine son contrat de partenariat avec la Société Anonyme des Brasseries du Cameroun (SABC). Mais comme souvent, le mystère plane sur les termes de ce partenariat.

Dans un communiqué publié sur ses pages officielles le mercredi 11 décembre 2019, la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) annonçait avoir renouvelé avec le groupe SABC leur contrat de partenariat, le mardi 10 décembre 2019 à Douala. C’est Seidou Mbombo Njoya, président de la FECAFOOT lui-même qui a paraphé le document pour le compte de l’instance faitière du football camerounais tandis qu’Emmanuel de Tailly, Directeur Général de la Société anonyme des Brasseries du Cameroun a apposé sa signature pour le compte de son entreprise. La petite cérémonie s’est déroulée en présence du premier vice-président de la FECAFOOT Aboubakar Alim Konaté et quelques collaborateurs du patron des Brasseries. Le communiqué reste spectaculairement muet sur les termes de ce contrat. Ni sa durée encore moins les chiffres n’ont été mentionnés au mépris de toutes les règles et méthodes de clarté et de transparence.
Il est vrai que cette opacité qu’a bien voulu entretenir l’instance autour de ce contrat est loin d’être une nouveauté. On l’avait déjà remarquée lors du renouvellement du contrat avec Orange Cameroun au mois de mai 2019. En dehors de la durée du contrat annoncé pour quatre ans, le Communiqué rédigé par la fédération camerounaise de football à cet effet n’avait pas cru devoir donner plus d’indications sur les termes de ce contrat. Tout ce que l’on sait, c’est que depuis 2001, la Fédération Camerounaise de Football a concédé à Orange-Cameroun les droits marketing de toutes les sélections masculines et féminines de manière exclusive dans son secteur d’activité. Et depuis lors, les deux parties ont régulièrement renouvelé ce contrat.
La même rétention d’infos a été observée sur le dossier Coq sportifs. Malgré plusieurs sorties sur l’idylle qui s’est nouée ou se nouera avec l’équipementier français, Seidou Mbombo Njoya n’a jamais dévoilé un seul chiffre. L’on est bien loin des promesses de modernisation et de transparence dans la gestion des affaires de la Fédération camerounaise de football qui avaient rythmé sa campagne lors du dernier processus électoral à la tête de la fédération camerounaise de football. Au contraire, tout semble devenu plus labyrinthique dans la tour de Tsinga lors des 12 premiers mois déjà consommés par l’exécutif actuel. Il faudra peut-être se préparer à subir cette méthode pendant au moins trois ans encore.

Seidou Mbombo Njoya : Une première année à vite oublier

Ligue de Football Féminin : Un repère de vipères ?

Share This