Bell Joseph Antoine :

Les camerounais aimeraient connaitre toute la vérité au sujet du décès d’Albert. Je pense que certaines personnes en Algérie souhaiteraient aussi la connaître. Il faudrait peut-être qu’on sache qu’il n’y a que la vérité qui guérit. Si on ne dit pas la vérité, si on ne dit pas ce qui c’est réellement  passé, ça risque de se reproduire. Le message a envoyer à tout le monde est, que les artistes sont intouchables. Si on ne montre pas du sérieux dans l’enquête et qu’on ne punit pas, ce serait comme pour dire à ceux qui vivent que leur vie ne vaut rien. Vous savez dans le monde du football quand vous touchez un arbitre ou un dirigeant, vous êtes radié à vie. Moi en tant que footballeur, je me dis qu’on peut toucher impunément au footballeur, mais qu’on ne peut pas toucher un arbitre, ni à un officiel de match. Je crois qu’il faut envoyer le message selon lequel, on va au stade pour les footballeurs pour ceci, il n’est pas possible qu’on puisse les toucher. C’est pourquoi il faut des sanctions exemplaires. Il faut d’abord une enquête exemplaire. Pour cela, il faut qu’on nous dise la vérité.ngassa happi emanuel lions indomptables du cameroun

Emmanuel Ngassa Happi:

J’ai eu l’occasion de jouer plusieurs fois en Algérie (Union Sportive de Douala). J’ai joué contre le Moulidjia d’Alger, Mouloundia d’Oran et Jet de Tiziwouzou, qui est aujourd’hui la jeunesse sportive de Kabylie. On n’a jamais assisté à des actes de barbarie et sauvagerie. C’est malheureux et malsain d’avoir des supporters malsains et dangereux dans des équipes. En ma qualité de président d’un club (Union de Douala), je souhaite que le président de la JSK (Hannachi) identifie ses supporters.Il faudrait également que la Fédération camerounaise de football ou pour la Fifa, on identifie les supporters. Il y a de l’insécurité dans les stades. Il faut que chacun prenne conscience de sa responsabilité. Il est clair et net, que la Fédération doit prendre toutes les mesures pour sécuriser les stades. On ne doit pas laisser les gens y faire n’importe quoi. Il faudrait qu’on se contrôle, qu’on éduque les supporters. Le football est un jeu. C’est une fraternité. Le vainqueur est celui qui a sa chance. C’est le club qui a bien joué.

Albert Ebosse a marqué un but le jour de son assassinat (le 23 août). On ne comprend pas pourquoi, on l’a assassiné. C’est lâche. Les supporters ne doivent pas être les supporters de dimanche. Les vrais supporters savent accepter la victoire tout comme la défaite. Il n’est pas normal, qu’on accepte uniquement la victoire. Il faudrait qu’on éduque la masse dans ce sens. Ceci doit passer par les clubs, les institutions, des dispositions juridiques, que l’Etat, les Fédérations doivent inscrire dans la charte du sport pour éviter tout dérapage. S’il n’y a pas des mesures rigides pour protéger des citoyens, les sportifs, on assistera toujours à des actes pareils.

Il appartient aux personnes, qui dirigeront notre Fédération de prendre des mesures pour éviter des gestes de ce genre au Cameroun. Je sais compter sur l’esprit sportif de tout un chacun.

Alex Bodjongo :

Le président Hannachi n’est pas aux obsèques de son joueur (Albert Ebosse). Il m’a promis qu’il ferait tout pour attraper le coupable. Nous savons aujourd’hui, que c’est un assassinat. Nous savons qu’Ebosse a été assassiné. Nous avons des bandes qui le prouvent. Le capitaine nous dira ce qu’il a vu, parce que c’est lui qui est devant Albert à l’entrée des vestiaires. Je demande à Hannachi de me montrer l’assassin dans les deux semaines qui suivent et qu’il le transmette devant la justice comme il me l’a promis. Il m’a dit à Paris qu’il devrait attraper le coupable à 98%. Le manager d’Albert ici présent (Sylvain Honnang), sa mère et toute la famille en souffrance voulons l’assassin. Le gouvernement français doit s’impliquer dans cette affaire, parce que je suis aussi un citoyen français.

Sylvain Honnang manager Albert Ebosse:

Nous faisons confiance à la justice algérienne. Nous voulons savoir ce qui c’est exactement passé dans ce tunnel. Car nous voyons des gens devant et derrière Albert. Et nous ne comprenons toujours pas pourquoi ce silence. Il y a eu plusieurs rapports après son décès. On est parti de l’arrêt cardiaque au pavé, du pavé à l’ardoise, de l’ardoise au projectile. Nous sommes profondément meurtris. Vous avez vu la douleur de cette maman qui a perdu son bras. Ce papa qui est déséquilibré aujourd’hui. Cette petite fille, Andrea qui ne verra plus jamais son géniteur. Je parle au nom de cette fille abattue et qui a envie de savoir exactement ce qui s’est passé pour enfin faire le deuil. Albert était quelqu’un de juste, professionnel. Aidez le en faisant éclore la vérité, afin que son âme repose en paix. Tel que je le connaissais, honnête et véridique, il ne sera jamais tranquille  là où il se trouve, si on ne trouve pas ce qui lui est arrivé dans ce tunnel, le fameux 23 août.

albert ebosse enterrement lions indomptables du cameroun

Joel Babanda:

On est plein de tristesse. C’est ce qui justifie notre présence ici ce jour. On tenait forcément à lui rendre cet hommage. Je vais dire, que c’est un compagnon de route qui est tombé sur le champ de bataille. Notre présence était nécessaire. J’espère que le décès d’Albert va interpeller les autorités sur le fait qu’il faille un certain encadrement et de la sécurité quand on pratique ce métier. Car le football est un métier créé pour apporter de la joie et non de la peine. Surtout pas le deuil. Je souhaite et pense que les footballeurs évoluant en Algérie et ceux qui désirent s’y rendre trouveront des conditions de sécurité pour exercer leur métier.

albert ebosse enterrement lions indomptables du cameroun

Ngoula Patrick:

Je suis triste en ce jour. Ça fait vraiment mal de perdre un frère et un coéquipier comme Monsieur Albert Ebosse. C’est pour cette raison que nous avons tenu à nous rendre ici, afin de lui rendre un dernier hommage. Je souhaite beaucoup de force et de courage à la famille. Car Dieu est le seul juge.

albert ebosse IMG_2177

Yon Loa Martin :

Le décès d’Albert Ebosse attriste toute la grande famille du football. On n’a pas souhaité le perdre de cette manière. Mais, c’est Dieu qui décide. Nous ne pouvons qu’accepter. Nous sommes ici pour lui rendre un dernier hommage. Tout ce que nous pourrions dire en ce dire de deuil est « stop » à la violence dans les stades. Albert était un grand frère pour moi et un ami. Il me donnait des conseils sans hésiter. J’ai été vraiment chagriné le jour où j’ai appris son décès. Je souhaite beaucoup de courage à la famille et à l’enfant qu’il a laissé. Ses coéquipiers doivent être très tristes. Car c’est super décevant de perdre un de ses meilleurs éléments.

Clinton N’jie qualifie Lyon pour les Plays Off Europa League

Décès d’un jeune footballeur camerounais en Tunisie

Share This