Le président du club de Yaoundé, Gérôme Kome Max décrit les circonstances de ce malheureux incident qui a causé un traumatisme psychologique chez ses joueurs.
L’un des épisodes tristes de la 26ème journée de l’Elite One jouée mercredi et jeudi fut l’agression subie par les joueurs et encadreurs du Dragon de Yaoundé à Bamenda, peu avant leur rencontre face à PWD local. Ils ont essuyé un assaut d’un groupe armé qui a dépouillé les membres de la délégation de l’équipe de Yaoundé de plusieurs biens personnels et d’une importante somme d’argent avant de se fondre dans la nature sans être inquiétés. Fort heureusement, l’incident malheureux n’a laissé aucun blessé à part le traumatisme psychologique vécu par les joueurs. Le président Kome Max revient sur les circonstances de cette agression qui aura contribué à la défaite de son équipe 1-0 dans la capitale de la région du Nord-Ouest
« Il faut dire que cette situation c’est une situation qui arrive au moment où on ne s’y attend même pas. On n’est concentrés dans notre match et subitement on n’a les gens qui nous interpellent, le temps d’arriver, on réalise que ce sont les gars qui ne sont pas du tout animés de bonnes intentions. Mais on n’était déjà dans leur maille. Donc j’ai invité les miens au calme, rester très calmes, très calmes et c’est comme ça qu’on a pu gérer la situation. C’était un stress énorme, je dis énorme qu’ il a fallu avoir les nerfs pour supporter tout ce qu’on a vécu. Heureusement, il n’y a pas blessés en dehors du traumatisme psychologique. Et puis voilà, je dis à mon encadrement, à mon staff, à mes enfants, je dis à tout le monde bravo. Bravo parce qu’ils ont refusé de porter cette responsabilité de mettre fin à la chaine de programmation des matchs à Bamenda sous le motif qu’il y a insécurité, il y a risque et autre. »

Sanction : La FECAFOOT sans pitié pour Roger Minala

Elite One: Résultats partiels et classement à l’issue de la 27ème journée

Share This