Une défaillance administrative grave.

Convoqué pour le match Cameroun-Gambie de dimanche prochain comptant pour les éliminatoires de la CAN 2017, Allan Nyom le joueur de Watfort a gentiment décliné à l’invitation. La raison est aussi improbable qu’imprécise.

Allan Nyom a des contraintes d’ordre familial. Il a bénéficié d’une autorisation du sélectionneur national pour s’occuper desdites contraintes. Le stage (à Dakar au Sénégal) va donc se dérouler sans lui.

A  indiqué la Fédération camerounaise (Fécafoot). Si il est bien normal qu’une contrainte familiale puisse empêcher un joueur de répondre présent à une convocation, il faudrait qu’elle soit vraiment soudaine et sérieuse pour que son absence puisse être signalée dans le laps de temps situé entre la publication de la liste et le début de stage.

Quelle est la procédure de convocation classique

Dans des conditions normales, lorsqu’un joueur a l’habitude d’être appelé en sélection nationale; pour être convoqué, son club reçoit simplement un fax l’invitant à rejoindre les siens. Par contre, lorsqu’il s’agit d’un retour suite à des problèmes  de blessure, administratifs ou de tout ordre relationnel et extra-sportifs (ce qui est le cas pour Nyom); l’administration le contacte automatiquement avant la sortie de la liste pour discuter et convenir de son retour et des conditions de celui-ci. Selon nos informations, seul Volker Finke avec qui Nyom n’avait aucun problème, est rentré en contact avec celui-ci. Les non-sélections passées d’Allan Nyom étant liées à des problèmes extra-sportifs, aucun problème n’a été résolu entre  lui et les membres de l’administration qui avaient décidés de sa mise à l’écart, notamment le président du comité de normalisation Joseph Owona. Aucun dialogue n’a été entrepris, juste une convocation! Le lion indomptable entend se faire respecter!

Selon l’entourage d’Allan, aucune urgence familiale n’a été signalée. Les choses sont claires, Allan Nyom a dit oui au sélectionneur Allemand, mais non à la FECAFOOT. Aurelien Chedjou avait connu le même sort. Désiré par le sélectionneur, mais banni par l’administration, il avait fallu l’intervention de la présidence de la république sous l’impulsion de Finke pour voir le défenseur du Galatasaray débarquer à la CAN 2015. Il est à préciser que jusqu’à nos jours, il n’y a jamais eu aucun échange entre Chedjou et Joseph Owona, aucun dialogue, donc aucun problème résolu. Une ambiance détestable entre joueurs et administrateurs qui manquent à l’évidence de chic dans leurs gestions.
Allan Nyom est pourtant le seul et unique latéral droit camerounais de métier évoluant au plus haut niveau. Son absence impose le positionnement d’Ambroise Oyongo à droite, pour un rendement très moyen malgré toute sa bonne volonté.

On assiste finalement à une bataille nuisible des égos dont le prix  payé est la mise à l’écart du meilleur latéral droit camerounais du moment, et de l’un des meilleurs milieux de terrain d’Angleterre, Alexandre Song. Deux pièces maîtresses qui ont à l’évidence manqué au dispositif de la dernière CAN et qui continuent de manquer à une équipe camerounaise qui rame et peine à retrouver son jeu.

Nul (1-1) entre les lions indomptables et l’équipe locale du Sénégal

Gambie-Cameroun; le 11 entrant

Share This