L’un des grands artisans du sacre de PWD de  Bamenda cette saison 2019-2020 c’est bel et bien David Pagou. L’entraîneur de 48 ans (Né à Buea) a pris le risque de rejoindre un club dans une ville où le contexte sociopolitique est actuellement très lourd. Personne n’avait misé sur la ténacité mais surtout l’abnégation de l’originaire de l’Extrême -Nord Cameroun.  L’homme du 3-5-2 victorieux des “ABAKWA BOYS” revient pour nous sur cette saison marquante pour sa carrière. 

Q: Champion du Cameroun,  c’était un rêve ?

D.P: “Oui, champion du Cameroun c’est juste inimaginable. Bon, peut-être pour les supporters. Parce que pour moi, on va tout simplement dire que c’est le couronnement d’un travail de dur labeur. Ça a commencé  pas cette saison, mais il y a 3 – 4 saisons. J’ai continué de progresser et l’apothéose est arrivée aujourd’hui avec ce titre de champion qui consacre un peu le travail du coach que je suis, avec le président Pascal Abunde  qui m’a vraiment accompagné dans ce challenge.  On va dire que les supporters n’y croyaient pas, personne d’ailleurs ne nous voyait là. On a travaillé pour atteindre ce but-là.

Q: Les moments clés de la saison ?

D.P: “Je peux les résumer en 3 grandes étapes.  La première,  c’est mon arrivée à Bamenda qui était comme un signe du destin. Vous savez après le beau parcours que j’ai fait avec Cosmos du Mbam, j’ai fait un mauvais choix derrière.  Le choix d’aller au Canon de Yaoundé. Je n’en ai jamais parlé,  mais avec le président Faustin Domkeu (PCA New Star de Douala) on s’était déjà entendu, il fallait juste que je monte sur Douala pour les clauses. On avait déjà tout calé.  Malheureusement, quand je reviens sur Yaoundé,  Maboang Kessack me détourne  (pour le Canon,  ndlr…). Je fais ce mauvais choix d’aller dans le Canon de Yaoundé.  Donc, quand j’arrive à Bamenda  je n’ai pas réfléchi.  C’était comme un signe du destin quand le président Pascal Abunde m’appelle.  La 1ère  étape s’enchaîne avec la première journée du championnat qui oppose Colombe à Bamboutos,  donc le président est inquiet après cette rencontre. Il a vu un beau match, il a vu un grand match donc il m’appelle après pour me dire que coach, je viens de voir un grand match  est ce que tes enfants que j’ai vus à Bamenda là feront l’affaire? Je dis au président,  « NDAMBA NA FOR FIELD » (traduction, le jeu, c’est sur le terrain, NDLR). Avec eux on va faire ce challenge,  ce pourquoi tu m’as fait appel. Il était question dans un premier temps de ne pas souffrir Comme la saison précédente. J’ai causé avec les enfants.  Je leur ai dit : voilà les inquiétudes du président.  On n’a pas les moyens pour acheter les gros noms  (les Baliang, Pascal Mbarga, Alphonse Tientcheu, René Ndi…).

Le deuxième grand moment de la saison, c’est ce match à Garoua contre Coton Sport, avec des enfants jeunes qui allaient admirer plutôt les infrastructures de Coton Sport. On prend 5 buts à 0, mais à la fin de ce match, sur le chemin du retour sur Bamenda, je dis aux joueurs : nous avons perdu 3 points certes, mais qu’une équipe était née.  C’est le tournant de la saison. J’ai vu une équipe ensemble et conquérante. La dernière étape,  c’est cette rencontre contre l’union de Douala où on gagne 2 buts à 1 à Limbe. On ouvre la marque, Union égalise  ensuite ils ont l’occasion du 2-1 sur un penalty,  ils le manquent et nous sommes réduits à 10, et on gagne quand même.  A l’issue de cette 28eme journée,  les gars sont venus vers moi, ils ont dit : coach,  il y’a quelque chose qui est en train de se dessiner.  Je leur ai répondu : les enfants, on a notre mot à dire. Au début, c’était très compliqué avec les conditions de travail mais on a réussi “

Q: C’est une première pour ce club, cela confère plus de  beauté à ce titre de champion ?

D.P: “Extraordinaire ! C’est le premier titre de PWD de Bamenda. Vous savez, les grandes premières avec ces équipes légendaires, c’est toujours extraordinaire.  C’est passé par moi. Le vice-président Charlie Boyo m’a appelé ce matin (13 Mai 2020, ndlr…) pour me dire que je recevrais un titre de notable dans le Nord-ouest [rires…] parce que c’est inédit.  Je suis content que ce soit moi qui réalise cet exploit.  Mais c’est un travail de longue haleine. Je me félicite parce que personne n’y croyait. Et même mes enfants,  quand ils se regardaient, je disais aussi parfois à vos confrères de citer 3 noms de joueurs à PWD que personne ne pouvait le faire, car on ne les connaissait pas. J’ai été accompagné par le coach Ntama, le coach Mayo, le Kiné Franck Nghomsi… On a été toute une équipe,  tout un staff pour cette réussite.  Je crois que les populations de Bamenda sont très contentes.  Félicitations au président  Abunde, le gentleman qui a tenu à sa parole.”

Q: Et maintenant,  place à la Ligue des champions. C’est un autre challenge, comment entendez-vous aborder cette compétition ?

D.P: “C’est une grande première, 16 ans plus tard.  On va aller dans cette compétition avec tous nos atouts. C’est à dire avec d’abord  la stabilité de l’effectif, parce qu’on ne va pas tout chambouler.  On va aller là-bas pour faire une bonne figure.  Ça fait longtemps qu’une équipe camerounais n’a plus atteint la phase de poules donc on ne va pas en victime résignée. On va réfléchir grand. Le président et son équipe se sont déjà penchés dessus. Les 5 joueurs que j’ai déjà dans ma tête pour renforcer l’effectif  sont déjà contactés.  C’est deux tours pour atteindre la phase de groupe, On va se battre”

Fiche technique DAVID PAGOU

Né en 1972 à Buea

48 ans

Originaire de l’Extrême-Nord Cameroun

Parcours d’entraîneur :

-Dragon de Yaoundé

-Mbalmayo Fc

-FC Yaoundé II

-Ngaoundere university Fc

-Apejes de Mfou

-Cosmos du mbam

-Eding de la lekie

-Canon de Yaoundé

-Renaissance de Ngoumou

-Apejes de mfou

-Eding de la lekie

-PWD (actuel)

Palmarès:

-Champion du Cameroun 2019-2020

-Vice-Champion 2014-2015 (Cosmos du Mbam)

Arrêt des championnats : les incidences en Elite One et Two

Elite One: La fausse mort du Camille Kouyekimina

Share This