Après quelques jours de travaux dont le siège de la Fecafoot était le théâtre, le comité exécutif a rendu ce mercredi le communiqué final de sa session extraordinaire. Le moins que l’on puisse dire c’est que ça s’annonce encore plus chaud devant. Et pour cause, le COMEX a eu l’outrecuidance de retirer à la LFPC, l’ensemble des compétences relatives à l’organisation des championnats professionnels Ligue 1 et Ligue 2.

Suspendus lundi dernier, les travaux du comité exécutif de la FECAFOOT ont repris ce mercredi. Et le verdict est plutôt renversant car le cessez-le-feu attendu, est plutôt venu sous la forme d’une déclaration de guerre. Est-ce surprenant ? Non parce que la Fecafoot est confinée dans un absolutisme et une outrecuidance qui ne prêtent le flanc à aucun consensus. Pour mieux comprendre, il faut lire la sanction infligée à la LFPC. “Au vu des manquements, dysfonctionnements internes ou défaillances constatées de la LFPC qui transparaissent à travers la remise en cause de la résolution n°13 prise par l’assemblée générale de la FECAFOOT le 25 septembre 2020, la cacophonie dans l’organisation des assemblées générales au sein de la LFPC, l’organisation au mépris des statuts et règlements de la FIFA, de la CAF et de la FECAFOOT, d’un match de football auquel des joueurs sans licences et des officiels d’une association sportive  étrangère ont pris part ainsi que le procès-verbal des auditions ordonnées, le comité exécutif statuant à l’unanimité des membres présents décide de retirer, à compter de ce jour, l’ensemble des compétences à la LFPC. D’ailleurs, il n’existe aucune convention de délégation de compétences entre ladite ligue et la FECAFOOT. L’ensemble des modalités relatives à l’organisation des championnats professionnels Ligue 1 et Ligue 2 sera communiqué en vue du démarrage effectif desdits championnats dans les tout prochains jours”. Précise le communiqué final de la session extraordinaire du comité exécutif de la FECAFOOT.

 

Gardiens africains : le coup de gueule d’André Onana

Amical : Les lions À tenus en échec

Share This