Programmé en début avril puis reporté sine die à cause du Coronavirus, le Championnat d’Afrique des Nations pourrait finalement être annulé en raison du manque d’espace dans le calendrier CAF.

Ce serait une mauvaise nouvelle pour le Cameroun qui s’apprêtait à accueillir la 6e édition du Championnat d’Afrique des Nations. Une compétition qui devait servir de galop d’essai avant la Coupe d’Afrique des Nations 2021. Même si l’on n’en est pas encore au stade de l’annulation du CHAN 2020, tout porte à croire qu’il faudra néanmoins l’envisager. L’organisation de ce tournoi dépend désormais de l’éradication du Corona virus. Au regard de l’actualité, on peut désormais être pessimiste. Les chiffres de personnes infectées grossissent chaque jour et que de dire des décès. Les deux semaines de confinement décidées par Joseph Dion Ngute, chef du gouvernement camerounais, pour stopper la propagation du virus seront probablement prolongées dans les tous prochains jours. Un peu comme en France, où le Premier ministre Edouard Phillipe a rallongé, vendredi le 27 mars, la période de confinement des français jusqu’au 15 avril, renouvelable si nécessaire.

Si la période du mois d’Avril est hypothéquée par cette pandémie, on voit mal comment la Confédération Africaine de Football et le COCAN 20-21 pourraient trouver un autre espace pour faire jouer ce CHAN 2020, ce d’autant plus que les mois de Mai, Juin, Juillet et août sont des périodes de forte pluviométrie au Cameroun. La CAF avait d’ailleurs mobilisé cet argument pour ramener la CAN 2021 en début d’année. Passée la période allant d’avril à juillet, la marge de manœuvre devient presque impossible pour tenir cette compétition. « Un CHAN en juin-juillet, aujourd’hui, ne nous semble pas envisageable pour deux raisons : tout d’abord, les conditions climatiques et d’autre part, juin, ça nous semble beaucoup trop proche pour prendre le risque de réorganiser avec tout ce que cela implique, avec une compétition comme le CHAN qui demande beaucoup de préparation en amont », a récemment indiqué Abdelmounaïm Bah, le Secrétaire Général par intérim de la CAF, dans un échange avec des journalistes sportifs africain, membres de la plateforme dénommée « Afrique Football Médias » sur Whatsapp. Les derniers mois de l’année sont généralement calés pour les nouvelles saisons. Et la CAF dans ses nouvelles réformes envisagent harmoniser les reprises des championnats en Afrique et ce, en septembre. Placer le CHAN dans cette période contribuerait à rendre compliqués les débuts des saisons. Il serait, en outre, difficile pour le pays de Roger Milla d’organiser le CHAN 2020 et, trois ou deux mois après accueillir la CAN 2021. Accueillir deux compétitions d’envergure en très peu de temps nécessite beaucoup de moyens financiers, humains, logistiques et même scientifiques. Le Cameroun étant moins expérimenté en termes d’organisation des tournois internationaux de football pourrait difficilement tenir ce pari.

Il ne restera plus que le mois de janvier 2021 et là, cette période est réservée à la CAN 2021. Comme l’Euro, la Copa America et les JO de Tokyo qui ont été reportés à l’année prochaine, il va sans dire qu’il sera impossible de faire pareil pour ce qui est du CHAN. Faire jouer cette compétition après la CAN parait inenvisageable, sauf si la CAF décide de changer la périodicité de ce tournoi réservé aux joueurs des championnats locaux en le faisant tenir tous les trois ans. Ce qui serait une vraie révolution quand on sait que l’instance faitière du football continental tient toujours à organiser la CAN qui est sa plus grande compétition tous les deux ans. En dehors des problèmes de calendrier que le report du CHAN à l’année prochaine pourra poser sur les autres compétitions, il faut dire qu’organiser la CAN et le CHAN, deux compétitions presque jumelles, la même année tuerait forcément la réputation que cherche à se bâtir le CHAN.res de Jeu

El JO 2021 : Nchout Njoya Ajara contre la démarche d’Alain Djeumfa

Pierre Laurent Tamo : « L’organisation du CHAN est de plus en plus compromise »

Share This