Après avoir longtemps ignoré le sort des joueurs des championnats professionnels locaux depuis le début de la crise sanitaire liée au coronavirus, le Fédération Camerounaise de Football vient d’initier un plan d’aide pour permettre à ces derniers, privés de leur principale source de revenus, de survivre à défaut de vivre.

Dans un communiqué signé de Benjamin Didier Banlock, SG de la FECAFOOT le 17 Avril 2020, la Fédération a décidé de venir en aide aux clubs locaux. « La FECAFOOT, après concertation avec le comité Technique Transitoire (CTT) et la Ligue de Football Féminin du Cameroun (LFFC), a décidé d’apporter un appui spécial à 25 joueurs et encadreurs de chacune des équipes de Élite One, Élite Stp et à 20 joueuses et encadreurs de la première division féminine. » Précise le communiqué. Une initiative qui vient comme une bouffée d’oxygène pour ces nombreux joueurs et joueuses dont les présidents de clubs ont de grandes difficultés à mettre les salaires à  jour (quand on sait qu’en période normale c’était déjà problématique). Plus de 1000 joueurs et encadreurs vont profiter de cette aide dont on ne connaît pas encore le contenu. Aucune somme n’ayant été mentionnée pour le moment.

Dures  avaient été les critiques à l’encontre de la Fédération Camerounaise de Football au lendemain de son message de réconfort et d’invite au respect des gestes barrières contre le covid-19, adressé aux lions et lionnes indomptables. L’instance faîtière du football camerounais  avait été taxé d’irresponsable et d’opportuniste car ne s’intéressant qu’à la vache à lait (sélection nationale)  au grand mépris des joueurs des championnats professionnels locaux  dont il a la charge depuis la mise à l’écart forcé de la LFPC.

Qui vit, qui meurt ?

Les présidents de clubs vont devoir  trancher à l’analyse de l’avant-dernière  phrase du communiqué de la FECAFOOT. « Vous voudrez bien retourner sous 24 Heures la liste des joueurs et encadreurs retenus par votre club… » . Assez préoccupant tout de même. L’appui spécial de la Fédération Camerounaise de Football n’ira donc pas à tous les joueurs licenciés des clubs enregistrés dans ses championnats professionnels et son championnat féminin de D1 cette saison. Quand on sait qu’un club de D1 au Cameroun oscille entre 25 et 30 voire 35 joueurs licenciés. Que vont devenir les autres joueurs qui ne seront pas retenus par leur TOUT-PUISSANT président? Sur quelle base ces dirigeants de clubs feront leur choix? N’est-ce pas une forme de discrimination?

En plus de ses nombreuses équations à résoudre, la FECAFOOT va devoir gérer également la situation des clubs  amateurs, mamelle nourricière du football Professionnel et des sélections nationales.  Les voix commencent à s’élever dans ce secteur à juste titre, car le covid-19 est une affaire de tous.

Joseph Antoine Bell : « Samuel Eto’o n’est pas mon ennemi »

COVID-19: Le football camerounais pleure Samuel Wembe

Share This