Après la France en 2019, l’Australie et la Nouvelle-Zélande organiseront la prochaine coupe du monde féminine de football en 2023.


Le conseil de la FIFA a tranché jeudi en faveur de la candidature commune entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande. La Colombie, selon le rapport des inspections effectuées par les officiels de la FIFA, était moins avantagée par rapport à l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Le projet océano-asiatique s’était vu flanquer la note de 4,1/5 contre 2,8/5 pour le pays sud-américain.


Cette 9e édition est donc particulière avec la désignation de la Nouvelle-Zélande et de l’Australie, puisque ce sera la première fois que la Fifa attribue l’organisation d’un grand événement à plusieurs confédérations. Si la Nouvelle-Zélande dépend du comité Océanique, l’Australie est-elle affilié à l’organisation asiatique. Rappelons qu’outre la Colombie, le Japon avait s’était aussi porté candidat à l’organisation de cette coupe du monde féminine, avant de se retirer en debut de semaine pour des raisons de crise financière due à la pandémie du Covid-19. La compétition se jouera sous un nouveau format, passant de 24 à 32 équipes.

Gianni Infantino : « La santé se doit d’être la première de nos considérations »

QUALIFS – CAN 2021 : La FIFA contraint la CAF à faire l’impasse sur le mois de Septembre

Share This